Sécurité : "Nous avons la volonté de décloisonner la police pour la rendre plus efficace", assure Frédéric Veaux

Publié
Sécurité : "Nous avons la volonté de décloisonner la police pour la rendre plus efficace", assure Frédéric Veaux
France 2
Article rédigé par
T. Sotto - France 2
France Télévisions

Frédéric Veaux, directeur général de la police nationale, est l'invité des "4 Vérités", mardi 27 septembre.

Le budget du ministère de l'Intérieur va augmenter de plus d'un milliard d'euros l'an prochain. La police bénéficie-t-elle d'assez de moyens ? "Cela vient après deux années excellentes en terme budgétaire et cela nous permet dorénavant de nous inscrire dans la durée pour les cinq années qui viennent, avec une échéance importante, les Jeux olympiques et paralympiques", explique Frédéric Veaux, directeur général de la police nationale, invité des "4 Vérités", mardi 27 septembre.

Réforme : pas d'exception pour la police judiciaire

Un projet de départementalisation de la police nationale doit voir le jour : tous les services de police départementaux devraient être placés sous l'autorité d'un seul directeur départemental. "La police est organisée en silos. Nous avons la volonté de décloisonner la police pour la rendre plus efficace, l'organiser par missions et faire en sorte qu'elle soit coordonnée, pilotée, à chaque échelon de la zone de défense ou du département", précise le directeur général de la police nationale, qui écarte toute exception pour la police judiciaire. Certains policiers n'hésitent pas à critiquer la réforme sur ce point.

Le préfet, sous l'autorité duquel sera placé le directeur départemental, va-t-il obtenir trop de pouvoir ? "Je ne peux pas admettre ce type d'arguments. À Paris, les services de police, dont la police judiciaire, sont placés sous l'autorité du préfet de police. Cela ne pose aucun problème, moi-même je suis placé sous l'autorité du ministre de l'Intérieur, cela ne pose aucun problème. Les préfets ne sont pas soumis aux politiques, ils sont soumis à la politique que conduit le gouvernement", assure Frédéric Veaux, qui précise que le texte est amendable.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.