Marseille : l'IGPN ouvre une enquête après l'interpellation violente de fêtards à Marseille

Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montrait l'une des deux personnes être frappée par les policiers sur le capot d'une voiture.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un insigne de la police française. (BERTRAND GUAY / AFP)

Une enquête de l'IGPN, la police des polices, a été ouverte lundi 3 mai après l'interpellation musclée d'un couple qui participait à une fête clandestine à Marseille ( Bouches-du-Rhône) par des policiers marseillais, a appris l'AFP auprès du parquet.

Une vidéo diffusée par La Provence et circulant sur les réseaux sociaux montre que le jeune homme, visiblement ivre, est frappé à plusieurs reprises par les policiers sur le capot d'une voiture, puis tiré par les cheveux jusqu'au véhicule de police où il est de nouveau frappé. Sa compagne, qui tente d'intervenir, est jetée au sol par un fonctionnaire puis aspergée de gaz lacrymogène.

Des policiers de la Bac (brigade anti-criminalité) centre de Marseille étaient intervenus dans la nuit de jeudi à vendredi 30 avril pour contrôler une soirée clandestine en période de couvre-feu près de la gare Saint-Charles. Lorsqu'ils sont arrivés sur place, selon la préfecture de police, ils ont découvert "des personnes se trouvant sur un échafaudage et un toit d'immeuble".

Deux fonctionnaires de police "réaffectés"

Deux personnes, un couple, sont alors interpellés pour "des faits d'outrage, de rébellion et de violences volontaires sur personne dépositaire de l'autorité publique", selon le communiqué de la préfecture de police.

Le couple a dénoncé cette interpellation, conduisant, outre la saisine de l'IGPN par le parquet de Marseille, à l'ouverture d'une enquête administrative interne par la préfecture de police des Bouches-du-Rhône. "Dans l'attente du résultat, les deux fonctionnaires de police ont été réaffectés, à titre conservatoire, sur des fonctions n'impliquant pas de missions sur la voie publique", a précisé la préfecture de police.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.