Attentat de Nice : Cazeneuve saisit l'IGPN pour évaluer la sécurité

Sous la pression, Bernard Cazeneuve accepte de saisir l'IGPN pour faire toute la lumière sur le dispositif de sécurité mis en oeuvre le soir de l'attentat du 14-juillet.

FRANCE 3

84 vies fauchées par ce camion de 19 tonnes. Une semaine après les attentats, le dispositif de sécurité du site fait toujours polémique. Le camion pénètre sur la zone piétonne de la promenade à l'angle de la rue Gambetta. À 21h, la patrouille de police nationale a été relevée par la police municipale. Le second barrage que passe le camion se trouve plus loin rue Meyerbeer.

Bernard Caezeneuve a-t-il menti ?

Y sont concentrés l'essentiel des policiers chargés d'assurer la sécurité du 14-juillet. Ce sont eux qui mettent fin au massacre. Un dispositif préparé avec la mairie comme l'assure le préfet des Alpes-Maritimes. Bernard Caezeneuve a-t-il menti ? C'est ce qu'assure ce jeudi 21 juillet le journal Libération. Il dénonce la présence de seuls policiers municipaux au premier barrage rue Gambetta. Sous le feu des critiques, Bernard Cazeneuve a saisi l'Inspection générale de la police nationale pour faire une évaluation du dispositif de sécurité déployé ce 14-juillet.

Le JT
Les autres sujets du JT
Bernard Cazeneuve, le 20 juin 2016, à Paris, devant les journalistes.
Bernard Cazeneuve, le 20 juin 2016, à Paris, devant les journalistes. (THOMAS SAMSON / AFP)