Cet article date de plus d'un an.

Piqûres dans des boîtes de nuit : les enquêteurs recherchent le produit injecté aux victimes

Publié
Piqûres dans des boîtes de nuit : les enquêteurs recherchent le produit injecté aux victimes
Piqûres dans des boîtes de nuit : les enquêteurs recherchent le produit injecté aux victimes Piqûres dans des boîtes de nuit : les enquêteurs recherchent le produit injecté aux victimes (France 2)
Article rédigé par France 2 - E.Pelletier, A.Domy, C.Wormser, E.Prigent O.Martin, F.Mazou, M.Beaudouin, J-.P.Rivalain, J.Pires
France Télévisions
France 2

Plusieurs plaintes ont été déposées après que des personnes se sont fait piquer à leur insu en boîte de nuit, ou lors d'un carnaval étudiant. Le produit injecté n'est pas encore identifié. 

 Depuis deux mois, plusieurs personnes ont subi des piqûres, en boîte de nuit ou dans des manifestations festives, qui ont provoqué des nausées et des malaises. "J'ai eu tout qui tournait très vite autour de ma tête et puis d'un coup plus rien, je ne voyais rien", témoigne Zoé Stoppiglia, une étudiante grenobloise. En France, une soixantaine de plaintes ont été recensées, à Grenoble (Isère), Caen (Calvados), Béziers (Hérault) et Nantes (Loire-Atlantique).  

Porter plainte rapidement pour détecter le produit

Les enquêteurs n'ont pas relevé de substances toxiques dans les analyses. "On ne peut pas dire qu'il y a eu emploi de GHB. En revanche, il y a bien eu dans l'immense majorité des cas des piqûres", rapporte Renaud Gaudeul, procureur de la République de Nantes. Les policiers demandent aux victimes de porter plainte rapidement, afin de détecter le produit utilisé. "Seule une enquête judiciaire permettra de déterminer la nature du produit qui est injecté", indique Sonia Fibleuil, porte-parole de la police nationale.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.