"Pascal le Turbulent", figure du grand banditisme, arrêté à 1 kilomètre à vol d’oiseau de la brigade de recherche des fugitifs

L'homme, recherché par la justice italienne, louait un appartement sous une fausse identité, dans les Hauts-de-Seine. 

Nanterre (Hauts-de-Seine).
Nanterre (Hauts-de-Seine). (GOOGLE MAPS)

Karim Reguig, surnommé "Pascal le Turbulent", considéré par les policiers comme une figure du grand banditisme, a été interpellé mercredi 24 octobre, à Nanterre (Hauts-de-Seine), "à 1 km à vol d’oiseau de nos bureaux", explique jeudi le commissaire Christophe Foissey, patron de la Brigade nationale de recherche des fugitifs (BNRF), contacté par franceinfo. 

Recherché depuis un an 

Karim Reguig était sous le coup d'un mandat d'arrêt lancé par la justice italienne depuis 2016. Il a été condamné en Italie à 10 ans de prison pour son implication dans un trafic international de produits stupéfiants qui portaient sur 300 kg de cocaïne dans les années 2002-2003. Depuis 2016, les policiers avaient perdu la trace de cette "figure du grand banditisme parisien dans les années 1990-2000 et qui était en cavale depuis de nombreuses années, à l’étranger et surtout en Espagne", a précisé le patron de la BNRF. Plusieurs services de police "se sont cassé les dents et nous avons réussi à retrouver sa trace en France", a poursuivi le commissaire. Il louait un appartement sous une fausse identité, dans les Hauts-de-Seine, non loin des locaux de la BNRF.

Celui qui était considéré comme "le fournisseur numéro 1 de haschich en France" a commencé sa carrière de voyou par des braquages. Originaire de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), il a commencé jeune, notamment par le braquage d'une banque à Creil (Oise). "Il se fait un nom dans le milieu petit à petit. Dans les années 1990-2000, il prend un autre essor sur le trafic de produits stupéfiants. Il va s’implanter sur la Costa del Sol en Espagne, pour organiser son trafic depuis cet endroit et il inonde la plaque parisienne, Marseille et d’autres villes du Sud de la France en haschich", a ajouté Christophe Foissey.

C'est la même brigade qui a retrouvé Redoine Faïd

La Brigade nationale de recherche des fugitifs dispose de 20 fonctionnaires avec trois groupes d’enquêteurs composés de six ou sept fonctionnaires. Ils s’occupent essentiellement de "malfaiteurs de haut rang". La méthode de travail consiste essentiellement à travailler "sur les différents cercles familiaux, amicaux et de la voyoucratie qui entourent tous les fugitifs". C’est cette brigade qui a permis notamment de retrouver Redoine Faïd au début du mois. La brigade a remonté "le fil familial" pour trouver Pascal le Turbulent, six enfants et une femme. "C’est difficile de couper les liens avec tout le monde et c’est ce qui nous permet de remonter leur trace", a expliqué le commissaire.

Karim Reguig va être présenté au procureur général de la cour d’appel de Versailles qui est compétent puisqu’il a été interpellé dans les Hauts-de-Seine. Il sera ensuite remis aux autorités italiennes pour qu’il purge sa peine.