Cet article date de plus d'un an.

Pas-de-Calais : le maire de Bullecourt, qui connaissait le brocanteur, ne comprend pas ce geste et n'a "aucune explication"

Le brocanteur a séquestré l'agent du fisc et sa collègue, qui intervenaient pour un contrôle fiscal. Il l'a tué de plusieurs coups de couteaux, avant de se suicider.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Un agent du fisc a été tué ce lundi lors d'un controle fiscal à Bullecourt (Pas-de-Calais). (CAPTURE D'ECRAN GOOGLE MAPS)

"C'est très choquant", confie à franceinfo mardi 22 novembre Éric Bianchin, maire du village de Bullecourt (Pas-de-Calais) après la mort d'un agent du fisc de 43 ans, tué après avoir été séquestré avec une collègue dans le cadre d'un contrôle fiscal chez un brocanteur du village qui s'est ensuite donné la mort.

Le maire n'explique pas ce geste du brocanteur qu'il connaissait : "Cette personne était là, dans le village, depuis sept ans. C'était une personne comme vous, comme moi", déclare Éric Bianchin avant d'ajouter : "Il était membre du comité des fêtes donc il aidait, il était serviable. On ne peut pas dire que c'était une personne à problème, pas du tout. Il adorait ses enfants."  Âgé de 46 ans, le mis en cause était connu des services judiciaires pour du droit commun. Son corps a été retrouvé dans une dépendance de sa propriété, selon une source proche du dossier à franceinfo. "Je n'ai aucune explication sur son geste. Il ne pourra pas l'expliquer", assure le maire. "La famille qui a perdu la personne n'aura jamais d'explication, c'est un peu la frustration qu'on peut avoir."

Un homme "qui faisait simplement son travail"

Vers 18h lundi 21 novembre, le chef de brigade de vérification de la Direction départementale des finances publiques du Pas-de-Calais "aurait été séquestré et ligoté" avec une collègue, explique le parquet d'Arras. Ensemble, ils procédaient à une intervention à domicile pour effectuer une vérification de la comptabilité d'une entreprise. L'inspecteur des finances a été tué de plusieurs coups de couteau, selon une source proche du dossier à franceinfo. Sa collègue, très choquée, a été prise en charge par les secours. "Ses jours ne sont pas en danger", précise le parquet.

Le ministre des Comptes publics Gabriel Attal a salué la mémoire d'un "homme qui faisait simplement son travail" et qui n'est "pas revenu". Le ministre a annoncé devant le Sénat qu'il se rendra ce mardi matin "aux côtés" des agents de la Direction départementale des finances publiques du Pas-de-Calais. Selon l'entourage du ministre à franceinfo, il sera sur place à 11h30 et prendra la parole.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.