Pas-de-Calais : un agent du fisc tué "dans le cadre d'un contrôle fiscal", annonce Gabriel Attal

"Cet homme faisait simplement son travail (...) Aujourd'hui, il n'est pas revenu", a déclaré le ministre charge des Comptes publics devant le Sénat. La personne contrôlée, un brocanteur, se serait ensuite "donné la mort par arme à feu", a avancé le parquet d'Arras.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une partie de la commune de Bullecourt (Pas-de-Calais) bouclée par les forces de l’ordre, le 21 novembre 2022. (MAXPPP)

Un contrôleur fiscal a été tué "dans le cadre d'un contrôle fiscal" lundi 21 novembre à Bullecourt (Pas-de-Calais), a annoncé le ministre charge des Comptes publics, Gabriel Attal. L'agent fiscal a été retrouvé mort après avoir été séquestré avec une collègue. "Cet homme faisait simplement son travail (...) Aujourd'hui, il n'est pas revenu. Il a été tué dans le cadre de ce contrôle fiscal", a déclaré Gabriel Attal lors d'une intervention au Sénat, suivie d'une minute de silence, évoquant "un drame innommable". Il a précisé qu'il se rendrait sur place mardi matin, il est attendu à 11h30.

Le mis en cause se "serait donné la mort"

La victime, 43 ans, chef de brigade de vérification dans le Pas-de-Calais, a été retrouvée morte "probablement à la suite de coups de couteau", a affirmé mardi le parquet d'Arras dans un communiqué. L'inspectrice "qui l'accompagnait, très choquée, a été prise en charge par les secours. Ses jours ne sont pas en danger", a-t-il ajouté. Tous deux "procédaient à une intervention à domicile pour effectuer une vérification de la comptabilité" de l'entreprise d'un homme de 46 ans, un brocanteur, qui les auraient alors séquestrés et ligotés, est-il précisé dans le communiqué. "Le mis en cause se serait donné la mort par arme à feu", selon le parquet.

Le mis en cause, âgé de 46 ans, était connu des services judiciaires pour du droit commun. Son corps a été retrouvé dans une dépendance de sa propriété, selon une source proche du dossier à franceinfo. La section de recherche de la gendarmerie des Hauts-de-France a été saisie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.