Nuit de violences urbaines près de Lyon : quatre mineurs interpellés à Rillieux-la-Pape, le maire assure qu'il ne laissera pas les "clés de la ville" aux "voyous"

Après de précédentes violences en octobre à Rillieux-la-Pape, le gouvernement avait promis des renforts policiers dans la commune.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Alexandre Vincendet, à Lyon, le 8 janvier 2019. (MAXIME JEGAT / MAXPPP)

Quatre personnes ont été interpellées vendredi soir à Rillieux-la-Pape (Rhône), dans la banlieue lyonnaise, a appris franceinfo de sources concordantes samedi 6 mars, après une nouvelle nuit de violences urbaines. Selon nos informations, il s'agit de mineurs. Les faits se sont déroulés dans la soirée de vendredi. Au total 12 véhicules ont été incendiés.

Selon le maire de Rillieux-La-Pape, Alexandre Vincendet, "un groupe d'une trentaine, quarantaine d'individus cagoulés, vêtus de noir, se sont regroupés, pas du tout de façon spontanée". "C'était quelque chose de très bien préparé, très bien organisé. Il était prévu que ce groupe puisse tout casser ou brûler sur son passage", détaille-t-il, en rapportant ce qu'il a vu sur les images de vidéoprotection, qui ont permis aux forces de l'ordre d'intervenir.

Un lien avec les opérations anti-stupéfiants

Selon Alexandre Vincendet, l'origine de ces violences surviennent après des "opérations [de police] sur des points de deal, des opérations anti-stupéfiants, que nous avons menées ces derniers temps, avec même des perquisitions qui ont eu lieu jeudi et hier [vendredi] par les brigades anti-stupéfiants de l'agglomération lyonnaise à Rillieux. Moi, je fais un rapport très net entre les événements d'hier soir et les opérations anti-stupéfiants de ces derniers jours", insiste le maire. Il affirme que parmi les jeunes arrêtés par la police, dont certains sont originaires de sa ville, "certains sont très défavorablement connus des services de police et sont en lien pour certains avec des affaires de stupéfiants".

Après de précédentes violences en octobre à Rillieux-la-Pape, le gouvernement avait promis des renforts policiers dans la commune. Une demande qui est en train d'être mise en place, selon l'élu : "Le ministère de l'Intérieur avait accepté que Rilleux-la-Pape soit classée en quartier de reconquête républicaine avec la création d'une Brigade spécialisée de terrain (BST). Il faut simplement maintenant, au-delà de l'annonce politique, que le temps de l'application se fasse".

Dix policiers supplémentaires vont être recrutés

Le maire précise que dans sa commune "depuis 2014, nous avons doublé les effectifs de police municipale. Dix policiers supplémentaires ont passé des journées de recrutement cette semaine. Mais avant l'arrivée sur le terrain, il y a quelques mois" qui s'écoulent, explique le maire évoquant "un délai administratif qui est malheureusement incompressible".

"Je n'abandonnerai pas ces quartiers, assure Alexandre Vincendet. En revanche, une chose est sûre, c'est qu'il n'y aura jamais en tout cas, tant que je serai maire, il n'y aura jamais de cogestion avec les voyous. Certains élus parfois préfèrent laisser couler un quartier, en laissant les clés à ces voyous. Eh bien moi, je ne suis pas d'accord. Moi, j'ai les clés de la ville. Ces clés appartiennent aux habitants et je veux leur rendre les quartiers pour que la République soit partout chez elle", conclut le maire de Rillieux-la-Pape.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.