Finistère : ce que l'on sait de l'accident dans lequel deux parents et un enfant sont morts emportés par une vague

Une lame a tué trois membres d'une même famille, alors qu'ils se promenaient sur la digue à Pors Loubous, jeudi 19 mai. Une enquête est ouverte et une réunion avec les habitants est prévue vendredi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.
La digue de Pors Boulous à Plogoff (Finistère), le 20 mai 2022. (FRED TANNEAU / AFP)

Happés par la mer. Une mère, un père et l'un de leurs quatre enfants ont été emportés par une vague alors qu'ils se promenaient sur une digue, jeudi 19 mai, en fin de journée à Plogoff (Finistère), près de la pointe du Raz, a appris France Bleu Breizh Izel auprès des autorités maritimes et de la préfecture. Une enquête est ouverte pour déterminer les circonstances de la mort des trois victimes. Franceinfo détaille ce que l'on sait de ce drame survenu sous les yeux des trois autres enfants de la famille.

Une partie de la famille emportée par une vague

Les parents, âgés de 55 et 33 ans, et leur fils de 12 ans, pratiquaient la pêche à pied quand ils ont été happés par une vague. Ils ont été emportés par le courant vers le large, a détaillé la préfecture maritime de l'Atlantique. L'accident s'est produit entre 18 heures et 18h30, sur la cale de Pors Loubous, sous les yeux des trois autres enfants du couple, âgés de 13 à 15 ans, qui les regardaient depuis la berge.

Habitants d'Audierne, à une dizaine de kilomètres du lieu du drame, la famille était venue se promener sur la digue en bord de mer, "un endroit connu par les personnes du coin, pas réputé comme dangereux", précise France Bleu Breizh Izel. C'est également ce qu'a souligné, auprès de l'AFP, David Foltz, directeur de cabinet du préfet du Finistère : "C'est une digue librement accessible au public. C'est un coin qui est ouvert. C'était même sur un chemin de randonnée pour une partie."

Les victimes n'ont pas pu être sauvées

Des témoins de la scène ont immédiatement prévenu les secours à 18h40 et d'importants moyens ont été déployés, dont trois hélicoptères de la Sécurité civile, du Samu et de la Marine nationale et le canot SNSM de la pointe du Raz, liste la préfecture maritime de l'Atlantique.

Au total, une centaine de secouristes, dont des gendarmes, des pompiers et des militaires, ont été dépêchés sur place. Des marins pêcheurs sont venus aussi prêter main forte, notamment pour rechercher le corps du jeune garçon, a détaillé le directeur de cabinet du préfet du Finistère.

Les trois autres enfants ont été rapidement pris en charge, sains et saufs, mais choqués. Une cellule psychologique a été immédiatement établie. Les deux parents ont été retrouvés en arrêt cardio-respiratoire, ils n'ont pas pu être réanimés sur place, selon la préfecture. Après plus de trois heures de recherche, l'adolescent de 12 ans a été repêché vers 22 heures et déclaré mort 30 minutes plus tard.

Les vagues étaient "hautes" et "puissantes"

Le drame s'est produit un peu plus d'une heure avant la marée haute. En raison des grandes marées du début de semaine, les coefficients, en décrue, étaient encore élevés (90).

La mer était formée par une forte houle à cet endroit, situé à quelques kilomètres de la pointe du Raz. Les vagues étaient encore "hautes et puissantes sur le littoral ce jeudi à 21h15", a détaillé le journal Le Télégramme. Mais la météo n'était pas défavorable, selon le porte-parole de la préfecture maritime. Il n'y a "pas d'explication" à un tel drame pour le moment, "pas de raison météo majeure", a-t-il commenté.

Une enquête est en cours

Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances de ce drame. "La mer est par nature toujours dangereuse. Il y a des coefficients de marée élevés même si on n'est pas en grande marée et une houle relativement importante. Donc, il n'est pas impossible qu'une vague un peu plus haute que les autres les aient emportés, mais ça, l'enquête le dira", a conclu David Foltz. Les témoins de cet accident doivent être également entendus.

Interrogée vendredi matin par l'AFP, la procureure de la République de Quimper, Carine Halley, a précisé que, "sauf survenue d'éléments nouveaux, ce drame n'aura a priori pas de suites judiciaires, aucune infraction n'étant à ce stade relevée." L'enquête doit aussi déterminer "si des mesures de sécurité devront être mises en place par la mairie", a complété David Foltz, contacté par franceinfo.

Une réunion publique pour "répondre aux questions des habitants"

Le maire de Plogoff, Joël Yvenou, déplore ce "dramatique" accident. "C'est terrible, la saison n'a pas commencé et il y a déjà des victimes", s'est-il ému auprès du journal régional. L'édile invite les marcheurs à "rester extrêmement prudents" car "il y a des circonstances qui rendent le littoral dangereux par ici".

L'édile a décidé de réunir secouristes et habitants, vendredi matin, avec le préfet du Finistère et la procureure de la République de Quimper. "C'est un moment d'échanges souhaité par le maire et attendu par son équipe", a précisé David Foltz, à franceinfo. "Les équipes de secours présentes hier vont débriefer leur intervention sur le lieu du drame et répondre notamment aux questions des habitants."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Noyades

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.