Cet article date de plus de deux ans.

Finistère : trois personnes d'une même famille meurent emportées par une vague

Trois personnes, deux adultes et un adolescent, sont mortes jeudi, emportées par une vague à Plogoff dans le Finistère. Les trois autres enfants du couple, présents sur place, sont sains et saufs.

Article rédigé par franceinfo - avec France Bleu Breizh Izel
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un adolescent est toujours recherché jeudi soir. (QUEMENER YVES-MARIE / MAXPPP)

Trois personnes sont mortes jeudi 19 mai, emportées par une vague à Plogoff dans le Finistère, près de la Pointe du Raz, a appris France Bleu Breizh Izel. L'accident a eu lieu entre 18 heures et 18h30. Il s'agit d'un couple, l'homme âgé de 50 ans et la mère de 33 ans et d'un de leur fils, un adolescent âgé de 12 ans. Leurs trois autres enfants se trouvaient également avec eux, ils sont sains et saufs. Les victimes sont originaires de la région.

Une centaine de secouristes déployés

Un important dispositif de secours a été immédiatement mis en place pour tenter de retrouver les trois personnes. Au total, une centaine de secouristes ont été déployés sur terre et sur mer, notamment des pompiers et des membres de la SNSM. Après ce drame, une réunion publique aura lieu à 10h30 vendredi 20 mai à la salle polyvalente de Plogoff, en compagnie du maire Joël Yvenou, du préfet du Finistère, du sous-préfet et des gendarmes, indique France Bleu. Une réunion ouverte aux habitants. Le maire de Plogoff appelle les promeneurs à la prudence.

Au moment du drame, la famille se promenait sur une digue, "un endroit connu par les personnes du coin et pas réputé comme dangereux" précise France Bleu Breizh Izel. C'est également ce qu'indique David Folz, directeur de cabinet du préfet du Finistère. "C’est une digue librement accessible au public. C'est un coin qui est ouvert et accessible. C’était même sur un chemin de randonnée pour une partie".

Une enquête ouverte 

Les conditions météorologiques n'étaient pas non plus particulièrement exceptionnelles, les grandes marées étant terminées. "La mer est par nature toujours dangereuse. Il y a des coefficient de marée qui sont élevés même si on n’est pas en grande marée et une houle qui était relativement importante. Donc, il n’est pas impossible qu'une une vague un peu plus haute que les autres les aient emportés mais ça, l’enquête le dira", ajoute David Folz.

Une enquête judiciaire est ouverte pour connaître les circonstances exactes de ce drame. Elle "va être conduite avec les témoins", précise le directeur de cabinet du préfet du Finistère.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.