A Marseille, une association se mobilise pour apprendre aux jeunes à nager

Malgré la proximité de la Méditerranée, un jeune marseillais sur deux entre en classe de 6e sans savoir nager. 

Article rédigé par
Clémence Gourdon Negrini - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des adolescents plongent dans le bassin du Fort Saint Jean à Marseille le 11 juillet 2017.  (AURELIEN MORISSARD / MAXPPP)

Lors des Jeux Olympiques de Paris 2024, la ville de Marseille accueillera des épreuves nautiques. A cette occasion, l'association "Marseille capitale européenne de la mer" veut créer le label du même nom. L'un des objectifs du projet est d'apprendre à nager aux jeunes Marseillais. Depuis le 1er juin 2021, 149 noyades ont effectivement eu lieu en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Grâce à l'association, des jeunes des quartiers marseillais ont pu passer une semaine au Cercle des nageurs, le club de natation de Florent Manaudou. C'est justement des mains du champion olympique qu'Almamy a reçu son diplôme : "Il m'a dit que pour lui l'eau c'est la liberté. Moi quand je suis dans l'eau ça me fait du bien", raconte le petit garçon de sept ans. Sans cette opération, il n'aurait peut-être pas barboté du tout cet été. Ce paradoxe marseillais s'explique facilement, selon Florent Manaudou : "On a toujours pensé qu'étant dans une ville maritime on n'avait pas besoin de piscine parce qu'on avait déjà un point d'eau génial qui est la mer Méditerranée."

Malheureusement on n'apprend pas à nager dans la mer, ou très peu, et c'est beaucoup plus dangereux que de nager en piscine

Florent Manaudou,

à franceinfo

"Il y a énormément de piscines qui sont inutilisables à Marseille et c'est dommage, regrette Florent Manaudou, mais c'est en continuant à agir qu'on aura de jeunes Marseillais qui savent nager et qui sortiront de leur été à la mer sains et saufs." Pour Marie-Dominique Champloy, présidente de l'association Marseille capitale de la mer, il faut tout revoir : "Dans notre dispositif, on est allés chercher les enfants en bus. Parce que l'accès à la mer lui-même n'est pas facile quand on est une famille qui n'a pas l'opportunité de sortir de son cadre. C'est cette ouverture-là qu'on propose. Un pas vers la mer, c'est un pas vers la liberté". 

Pour les enfants, il s'agit aussi ne plus avoir honte de ne pas savoir nager comme leurs camarades. L'autre objectif de ces stages est de mieux connaître la mer pour mieux la protéger. Pour la première fois, les enfants ont fait du bateau dans les calanques et visité le port de Marseille. Si l'association réussit à créer son label, des bassins de nage en mer seront créés, pour réitérer l'opération.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Noyades

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.