Cet article date de plus de six ans.

Nemmouche : disert sur sa vie, muet sur les faits

Pendant son transfert de Marseille à la région parisienne, Mehdi Nemmouche, soupçonné de la tuerie du Musée juif de Bruxelles, s’est confié sur ses années de prison. En revanche, au troisième jour de sa garde à vue, il reste muet sur les faits présumés.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Mehdi Nemmouche, suspect dans la tuerie de Bruxelles, garde le silence © Maxppp)

Mehdi Nemmouche a choisi de se taire, depuis son placement en garde à vue, vendredi, dans les locaux de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) à Levallois Perret, en Ile-de-France. Ce Français de 29 ans est soupçonné d'être l'auteur de la tuerie du Musée juif de Bruxelles. La fusillade a fait trois morts et un blessé grave, le samedi 24 mai. 

Le silence comme moyen de défense 

Mehdi Nemmouche garde le silence lorsqu'il est interrogé sur les faits. Pourtant vendredi, lors de son transfert de Marseille vers la région parisienne, il a étonné les policiers. Durant le trajet, de son lieu d’interpellation vers les locaux de la DGSI, le jeune homme s'est confié. Il a raconté sa vie et notamment ses années de détention. Il a fait preuve de beaucoup de courtoisie, raconte une source proche du dossier. En revanche, il n’a pas prononcé un mot sur les faits dont il est soupçonné.

Son profil déroute d’ailleurs les enquêteurs. En garde à vue, Mehdi Nemmouche est extrêmement calme, il ne stresse pas. Quand il s’exprime, hors des faits, il parle très correctement, c'est un jeune homme instruit.

La présentation au juge serait proche

Le suspect de la tuerie du Musée juif de Bruxelles gardera-t-il cette stratégie du silence à l'issue de sa garde à vue, lorsqu'il sera selon toute vraisemblance présenté à un juge d'instruction ? La présentation pourrait avoir lieu mardi à la mi-journée.

Les enquêteurs, en tout cas, espèrent d’ici là obtenir des aveux en confrontant Mehdi Nemmouche aux indices matériels recueillis lors de son arrestation à Marseille, sur la scène du crime à Bruxelles ou encore lors de perquisitions.

Selon une source judiciaire, un ordinateur a été saisi dans un lieu qui n’est pas précisé et la messagerie est en cours d'exploitation.

Si Mehdi Nemmouche refuse de s'exprimer sur les faits, il parle à son avocat. Me Apolin Pepiezep précise que son client ne s'opposera pas "en principe " à son extradition vers la Belgique, mais "qu'il peut changer d'avis ". 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.