Mystère autour du suicide d'une adolescente en Seine-Saint-Denis

Dans un premier temps, une source policière avançait que l'adolescente avait pu être victime de harcèlement sur les réseaux sociaux, mais l'enquête semble remettre en cause cette version.

Images satellite du bâtiment de Stains (Seine-Saint-Denis), au pied duquel une adolescente a été retrouvée morte, mardi 28 avril au soir.
Images satellite du bâtiment de Stains (Seine-Saint-Denis), au pied duquel une adolescente a été retrouvée morte, mardi 28 avril au soir. ( GOOGLE MAPS)

L'enquête continue pour tenter de comprendre le geste d'Aïcha, une adolescente de 15 ans qui s'est défenestrée mardi en Seine-Saint-Denis. Le suicide a été attribué dans un premier temps à la diffusion sur internet de photos sexy la concernant, mais une source policière tend à contredire cette version dans Le Parisien, samedi 2 mai : "Ce qui a été diffusé sur les réseaux ne concernait pas la victime (..) En l'état actuel des investigations, il n'y a aucune photo ni vidéo d'elle diffusée avant les faits."

Le parquet de Bobigny avait indiqué dès jeudi dans un communiqué que l'enquête n'avait pas permis "à ce stade" de confirmer la version des faits selon laquelle l'adolescente avait été victime de harcèlement. Mardi soir vers 21 heures 30, la jeune fille s'est jetée de la fenêtre de l'appartement de sa grand-mère à Stains, situé au quatrième étage.

"Aucune trace de lutte" dans l'appartement

L'enquête cherche donc à comprendre les motivations d'Aïcha. Selon les premiers témoignages, l'un des frères de la victime et sa compagne se trouvaient dans la cuisine de l'appartement quand ils ont été alertés "par un cri provenant de l'extérieur, suivi d'un bruit sourd". "Aucune trace de lutte" n'a été constatée dans l'appartement et "les témoignages recueillis immédiatement après n'ont fait état ni de dispute ni de cris", a précisé le parquet.

L'annonce du suicide de la jeune fille a suscité un flot de réactions sur les réseaux sociaux. Un coupable est même désigné pour avoir entretenu une présumée relation avec Aïcha. Les internautes vont jusqu'à indiquer son prénom et son adresse. Mais selon une source proche de l'enquête au Parisien, le garçon n'y est pour rien : "Lui et la victime ne se connaissaient même pas."