La mort d'un enfant en colonie de vacances en Ariège n'est pas due à l'eau

Après la mort du petit Abdelrazak, 8 ans, d'une infection digestive aiguë le 9 juillet, les soupçons s'étaient portés sur l'eau de cette colonie d'Ascou, qui n'était pas potable.

Le chalet où séjournait l\'enfant décédé, dans une colonie de vacances d\'Ascou (Ariège), le 10 juillet 2014.
Le chalet où séjournait l'enfant décédé, dans une colonie de vacances d'Ascou (Ariège), le 10 juillet 2014. (RAYMOND ROIG / AFP)

La mort d'un enfant de 8 ans, d'une infection digestive aiguë le 9 juillet dans une colonie de vacances, à Ascou, en Ariège, reste encore inexpliquée. Selon la préfecture, qui l'a annoncé mardi 5 août, les résultats définitifs des analyses mettent hors de cause l'eau et les aliments servis au centre. Les conclusions d'examens consécutifs à l'autopsie du jeune garçon sont attendues ce mois-ci.

L'eau non-potable était suspectée

Originaire de la région parisienne, le jeune garçon est mort dans un centre hospitalier près de Foix, où il avait été transporté dans la matinée du 9 juillet après avoir été pris de violentes diarrhées. Trois autres enfants de la colonie souffrant de maux de ventre aigus avaient également dû être admis à l'hôpital, dont ils étaient sortis le lendemain.

"[L'intoxication alimentaire] serait liée à l'ingestion d'une eau non potable" avait déclaré la ministre de la Jeunesse et des Sports, Najat Vallaud-Belkacem, au lendemain du drame, même si la préfecture précisait que ce n'était qu'une hypothèse parmi d'autres. La préfète de l'Ariège avait alors expliqué qu'au moment du séjour de l'enfant décédé, les pensionnaires de la colonie de vacances devaient boire de l'eau minérale, car l'eau du robinet était contaminée depuis début juillet par une bactérie coliforme.

La colonie de vacances va rouvrir

Mais les premières analyses, dont les résultats avaient été annoncés le 16 juillet, avaient mis l'eau hors de cause, ne révélant que la présence de bactéries "pas hautement pathogènes". "Toutes les analyses sont aujourd'hui terminées" a expliqué le 5 août la préfète de l'Ariège, et leurs résultats sont négatifs aussi bien pour l'eau que pour les aliments servis dans le centre.

Le père du petit Abdelrazak a, pour sa part, exprimé son désaccord avec ces résultats. "Il y a des enfants qui sont tombés malades, qui étaient à l'hôpital ; qu'est-ce qui s'est passé alors ?" s'est-il interrogé.

La préfecture se dit aujourd'hui "incapable de déterminer les causes du décès du jeune garçon". Mais le procureur de la République de Foix doit encore communiquer, ce mois-ci, les résultats d'examens anatomo-pathologiques ordonnés par la justice à la suite de l'autopsie du corps de l'enfant, et qui devraient permettre de déterminer la cause de l'infection digestive aiguë.

La préfète a également estimé qu'il n'y avait plus de raison de maintenir la fermeture administrative du centre, décidée dans la foulée du drame. Sa réouverture devrait être autorisée par un arrêté dans les jours ou les semaines qui viennent.