Mort d'un bébé empoisonné dans une crèche de Lyon : l'établissement privé fermé administrativement pendant trois mois

La Métropole de Lyon ouvre une enquête administrative "afin de vérifier que les conditions de fonctionnement de l'établissement sont conformes aux dispositions législatives et réglementaires et garantissent le respect de la santé, physique ou mentale ou l'éducation des enfants accueillis", précise la préfecture du Rhône.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'entrée de la crèche People and Baby dans le 3e arrondissement de Lyon, où un nourrisson est mort après avoir été empoisonné, le 22 juin 2022. (NICOLAS LIPONNE / HANS LUCAS / AFP)

La préfecture du Rhône annonce samedi 2 juillet la fermeture administrative de la crèche privée de Lyon dans laquelle une petite fille de 11 mois avait trouvé la mort le 22 juin dernier. L'établissement sera fermé pour trois mois.

>> Lyon : ce que l'on sait de la mort d'un bébé empoisonné dans une crèche privée

L'arrêté de fermeture administrative a été signé vendredi "pour une période de trois mois renouvelable une fois", indique samedi la préfecture dans un communiqué. "Durant cette période, une enquête administrative sera diligentée par la Métropole de Lyon afin de vérifier que les conditions de fonctionnement de l'établissement sont conformes aux dispositions législatives et réglementaires et garantissent le respect de la santé, physique ou mentale ou l'éducation des enfants accueillis", précise la préfecture du Rhône.

Vendredi 24 juin, une employée de la crèche située dans le 3e arrondissement de Lyon, a été mise en examen pour "homicide volontaire sur mineure de 15 ans". Elle était l'unique employée de la crèche au moment des faits. Les premiers éléments de l'enquête appuient "l'hypothèse d'une ingestion par l'enfant d'un produit toxique", avait alors précisé le procureur de la République de Lyon, Nicolas Jacquet. La salariée avait reconnue "qu'excédée par les pleurs de l'enfant, elle l'avait aspergé puis lui avait fait ingérer un produit caustique", selon le parquet de Lyon.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.