Cet article date de plus de huit ans.

Une mère reconnaît avoir tué ses trois enfants à Bar-le-Duc

Agée de 39 ans, elle n'avait pas rendu ses enfants à la famille d'accueil dans laquelle ils étaient placés.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les trois enfants retrouvés morts le 17 novembre habitaient avec leur mère dans cet immeuble de Bar-le-Duc (Meuse). ( AFP )

Trois enfants de 2, 3 et 5 ans ont été découverts morts étouffés au domicile de leur mère, dimanche 17 novembre à Bar-le-Duc (Meuse). Cette dernière a été placée en garde à vue. Elle a reconnu les faits lundi 18 novembre, selon la police.

Agée de 39 ans, la mère n'avait pas rendu ses enfants à la famille d'accueil dans laquelle ils étaient placés. Alertés, les policiers se sont rendus à son domicile vers 21 heures. Ils y ont découvert les corps sans vie des deux fillettes et du garçonnet, allongés dans leurs lits.

Une mère de famille inconnue des services de police

"Cette femme était séparée du père des enfants et vivait seule à Bar-le-Duc. Elle avait un droit de visite et d'hébergement pour le week-end, mais n'a pas rendu les enfants", a indiqué le commandant de police Gilles Hubain. "En garde à vue, elle parle un petit peu, mais c'est flou",a-t-il ajouté. "La mère de famille ne nie rien, mais donne peu de précisions. Elle est dans un état de très grande tristesse et de très grande prostration", a de son côté précisé le directeur départemental de la sécurité publique de la Meuse, Olivier Hédon.

La mère de famille était jusqu'alors inconnue des services de police et de justice, note le Parisien. Selon plusieurs voisins, elle était décrite comme vivant dans une "précarité sociale aiguë". Après une séparation du père des trois victimes, la jeune femme résidait seule avec ses deux plus jeunes enfants dans un logement social dans le centre-ville de Bar-le-Duc.

Des analyses sont en cours pour déterminer si elle était sous l'emprise de médicaments. Une autopsie des trois corps doit par ailleurs être réalisée dans les prochaines heures, a précisé M. Hédon.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Meurtres

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.