Cet article date de plus de huit ans.

Rhône : en permission, un détenu tue son ex-compagne à la hache

L'homme devait sortir de prison en juillet. Il était incarcéré pour des faits de violences conjugales, déjà commis à l'encontre de son ancienne compagne.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'intérieur de la prison de Corbas (Rhône), le 4 février 2011. ( MAXPPP)

Un homme de 49 ans, incarcéré à la prison de Lyon-Corbas, a profité d'une permission, mardi 20 mai, pour se rendre chez son ancienne compagne, domiciliée à Caluire (Rhône), et l'agresser à coups de hache. Cette dernière, âgée de 41 ans, est décédée mercredi des suites de ses blessures. La garde à vue pour "crime flagrant" de l'auteur présumé des coups a été prolongée, et une information judiciaire pour "homicide" devrait être ouverte jeudi.

"Un processus habituel pour éviter les sorties sèches"

Le suspect purgeait une peine de sept mois d'emprisonnement pour des faits de violences conjugales, qui concernaient déjà son ancienne compagne. Il bénéficiait d'une permission depuis lundi. "Il était libérable en juillet", a justifié mercredi le parquet, précisant qu'aucune mesure d'éloignement n'avait été prononcée lors de la condamnation, et que cette permission de sortie entrait "dans un processus habituel" afin "d'éviter des sorties sèches". Mais selon une autre source policière, le mis en cause avait juré, s'il sortait, de recommencer. Une information que le parquet s'est refusé à commenter.

L'homme a été interpellé mardi soir après s'être présenté ensanglanté dans un bar du sixième arrondissement de Lyon, s'accusant lui-même d'avoir assassiné son ex-compagne. Les policiers ont découvert ensuite celle-ci, grièvement touchée à la tête et au coude, à son domicile à Caluire, trouvant aussi une hache sur les lieux. Son pronostic vital était "très engagé", et elle est décédée des suites de ses blessures.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Meurtres

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.