Le militant d'extrême gauche Clément Méric est mort des suites de ses blessures

Le jeune homme de 18 ans se trouvait en état de mort cérébrale après avoir reçu un coup violent, mercredi soir, lors d'une bagarre avec un groupe de skinheads.

Clément Méric, étudiant de 18 ans et militant d\'extrême gauche, est mort lors d\'une bagarre, mercredi 5 juin à Paris, avec des skinheads d\'extrême droite.
Clément Méric, étudiant de 18 ans et militant d'extrême gauche, est mort lors d'une bagarre, mercredi 5 juin à Paris, avec des skinheads d'extrême droite. ( MAXPPP)

Clément Méric, étudiant et militant d'extrême gauche, est mort jeudi 6 juin des suites de ses blessures après avoir été victime d'une agression, la veille, à Paris, selon une source policière citée par l'AFP. Le jeune homme de 18 ans avait été déclaré en état de mort cérébrale après avoir reçu un coup lors d'une altercation avec un groupe de jeunes skinheads d'extrême droite, la veille, à Paris.

La bagarre "a opposé (...) deux groupes de personnes, très probablement pour des raisons d'ordre politique", selon les mots de Manuel Valls. Pour le ministre de l'Intérieur, cette agression "porte la marque de l'extrême droite" et a été commise par "plusieurs skinheads". Sept personnes ont été interpellées jeudi en lien avec l'affaire, dont l'auteur présumé de l'agression.

Francetv info retrace le déroulé des évènements qui ont mené au drame.

Comment la bagarre a éclaté ?

D'après RTL, l'agression s'est produite vers 18h40, dans la très fréquentée rue de Caumartin (9e arrondissement de Paris). Selon une source policière, une vente privée de vêtements dans un appartement, dont le carton d'invitation supposé tourne sur Twitter, était organisée. Clément Méric s'y rend, accompagné de trois autres camarades. Ils y croisent trois jeunes gens portant plusieurs signes distinctifs de la mouvance skinhead, dont, selon plusieurs témoignages, des tatouages de croix gammée et des tee-shirts véhiculant des messages néo-nazis. 

Les versions diffèrent sur la suite des évènements. Selon le témoignage d'un des camarades de Clément Méric, reproduit par Libération, un membre de leur groupe a interpellé les skinheads sur leurs tenues en sortant du lieu. "Nous en sommes restés là", assure-t-il. Selon lui, quelques minutes plus tard, un groupe, composé cette fois de cinq skinheads, sort du lieu de la vente, alors que Clément Méric et ses amis se trouvent toujours sur place. "Ils se sont dirigés vers nous. Ils nous ont encerclés, sorti des coups de poings américains et se sont jetés sur nous. (...) Clément a été touché au visage par un coup de poing américain."

Le récit livré par une source policière à l'AFP évoque, lui, une bagarre qui aurait dégénéré entre les deux groupes. Selon Le Point, les skinheads se sont plaints auprès du vigile de la vente d'avoir été menacés par le groupe de Clément Méric. Il y aurait ensuite eu, selon la source policière, "invectives, bousculades et échanges de mots".

Les témoignages concordent en revanche sur les derniers moments, fatidiques, de l'agression. 

Comment s'est déroulée l'agression ? 

"Tout est allé très vite", explique une jeune femme interrogée par l'AFP. "Je sortais du boulot quand j'ai assisté à la fin de la bagarre. (...) Alors que les jeunes au crâne rasé semblaient partir, ils sont revenus et soudain un coup de poing est parti et le jeune a valsé contre le poteau", a raconté une autre témoin. 

La victime aurait reçu un violent coup de poing américain, avant de s'effondrer la tête la première sur le béton, heurtant un plot dans sa chute, d'après un des compagnons de Clément Méric. Dans un communiqué, Alexis Corbière, secrétaire national du Parti de gauche (PG), assure que la victime a été "violemment frappée au sol" par ses agresseurs puis "laissée inanimée"

Les agresseurs se sont ensuite enfuis. Une photo publiée par Metro News montre Clément Méric, inerte et le visage ensanglanté, alors que les secours tentent de lui venir en aide.