Beaucoup de questions sur le meurtrier de la petite Chloé

Après le drame, les questions sont nombreuses quant au criminel polonais qui a avoué le meurtre de la fillette. Dominique Verdeilhan y répond sur le plateau de France 2.

France 2

L'émotion et la colère se mêlent au lendemain du meurtre de Chloé, 9 ans, à Calais (Pas-de-Calais). Zbigniew Huminski, ressortissant polonais de 38 ans, a avoué son crime. Il était connu pour plusieurs faits de violence.

Première interrogation : aurait-t-on dû l'empêcher de revenir en France ? "Non, pour une simple raison : l'interdiction définitive du territoire français existait sur le papier, mais pas dans les faits. Les juges ont commis, si vous me permettez une 'erreur de plume' : elle n'était pas applicable au regard des délits commis en 2009, à savoir l'extorsion et le vol aggravé", explique Dominique Verdeilhan.

La France se tourne vers la Pologne

"Notons que si le suspect a été expulsé en Pologne en mars 2014, c'est le fruit d'un mandat d'arrêt européen demandé par Varsovie. Pour l'instant, le gouvernement français se tourne vers la Pologne afin de savoir pourquoi ce ressortissant a pu regagner la France si rapidement", poursuit le journaliste de France 2.

Enfin, la question de l'application de l'interdiction de territoire dans l'espace Schengen se pose. En théorie, elle est applicable, mais son efficacité est remise en cause par les magistrats. "Preuve en est; son application par les juges, en baisse vertigineuse : près de 7 000 interdictions judiciaires en 2000, plus que 1 855 en 2013", conclut le reporter.

Le JT
Les autres sujets du JT
La police enquête sur le lieu de la découverte du corps d\'une fillette, dans un bois de Calais (Pas-de-Calais), le 15 avril 2015.
La police enquête sur le lieu de la découverte du corps d'une fillette, dans un bois de Calais (Pas-de-Calais), le 15 avril 2015. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)