Adolescente tuée dans le Lot-et-Garonne : le suspect a été mis en examen et placé en détention provisoire

L'homme était en garde à vue depuis vendredi soir. Il a avoué avoir tué une adolescente de 14 ans enlevée à la sortie de son collège à Tonneins. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'adolescente de 14 ans a été retrouvée morte dans une maison inoccupée dans la nuit de vendredi à samedi à Birac-sur-Trec (Lot-et-Garonne).  (MAXPPP)

Le suspect dans la mort de la jeune Vanesa, 14 ans, a été mis en examen dimanche 20 novembre pour enlèvement et séquestration, viol et meurtre sur mineure et placé en détention provisoire, a indiqué le procureur d'Agen (Lot-et-Garonne) dans un communiqué.

L'homme, un intérimaire de 31 ans habitant à Marmande, a expliqué en garde à vue avoir passé la matinée de vendredi à Tonneins dans sa voiture, consommant du cannabis, près du collège Germillac. 

Il a remarqué sa victime qui marchait sur le trottoir et l'a fait "entrer de force dans son véhicule avant de rapidement quitter les lieux". "Confus dans ses explications" sur son parcours en voiture, le trentenaire, identifié comme Romain C. dans le communiqué, a dit aux enquêteurs s'être garé "à l'abri des regards" et avoir décidé de violer sa victime. Afin de masquer son crime, il a alors décidé de la tuer "en l'étranglant".

Des motivations "de nature sexuelle"

Le mis en cause a assuré qu'il avait ensuite repris la route et déposé le corps à l'intérieur d'une maison abandonnée qu'il n'avait pas repérée au préalable, à Birac-sur-Trec, à une quinzaine de kilomètres au nord de Tonneins.

Le trentenaire était en garde à vue depuis vendredi soir après avoir avoué le meurtre de l'adolescente. C'est sur ses indications que les gendarmes venus l'arrêter vendredi soir ont retrouvé dans cette maison le corps "habillé" de la jeune Vanesa.

Selon le procureur d'Agen, l'homme a assuré "ne pas connaître" sa victime et "ne pas avoir effectué de repérage" mais a indiqué que "la motivation de ses agissements était de nature sexuelle".

Une cellule d'accompagnement dans le collège

En 2006, alors qu'il avait 15 ans, il avait été condamné à 15 jours d'emprisonnement assortis d'un sursis avec mise à l'épreuve de deux ans pour des faits d'agression sexuelle sur mineurs. Il n'était pas inscrit au fichier des auteurs d'infractions de nature sexuelle.

Scolarisée en 4e, la collégienne était l'aînée d'une fratrie de trois. Elle résidait à Tonneins avec son frère, sa sœur, sa mère d'origine espagnole et le compagnon de celle-ci. Une cellule d'accompagnement psychologique doit être mise en place lundi au collège Germillac, où la rectrice Anne Bisagni-Faure a prévu de se rendre "pour témoigner de son soutien aux élèves et aux équipes".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.