Cet article date de plus de huit ans.

Marseille : Jean-Marc Ayrault annonce des renforts de policiers

En déplacement à Marseille, le Premier ministre a annoncé mardi 24 policiers en plus pour la Police judiciaire, "pour faire de l'enquête, de l'investigation", et l'arrivée dès mercredi d'une compagnie de CRS supplémentaire aux trois qui existent déjà. Jean-Marc Ayrault, accompagné de cinq ministres, était en déplacement dans la cité phocéenne au lendemain d'un nouveau règlement de compte, le 13e depuis le début de l'année.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

"On secoue le cocotier ", a répété plusieurs fois le Premier ministre lors de son déplacement à Marseille mardi. Voilà comment Jean-Marc Ayrault analyse les nombreux règlements de compte à Marseille, dont le dernier en date s'est produit lundi soir avec la mort par balles d'un jeune homme de 25 ans : "C'est parce que les
interventions de la police sont en train de marcher, 
nous dérangons ", indique-t-il.

Le Premier ministre a annoncé 24 policiers en plus à la PJ "pour faire de l'enquête, de l'investigation, trouver les coupables et les remettre à la justice " ; et l'arrivée dès mercredi d'une compagnie de CRS supplémentaire -soit environ 130 hommes- pour s'ajouter aux trois qui existent déjà.

"Nous allons réussir mais nous ne le ferons pas en quelques mois" (Ayrault)

"Il y a un peu moins d'un an, le 6 septembre 2012, j'ai réuni un comité interministériel et nous avons décidé d'une stratégie, d'une ambition pour Marseille (..) Cette stratégie elle est en oeuvre ", a rappelé le Premier ministre. "Nous allons réussir mais nous ne le ferons pas en quelques mois ", a-t-il ajouté, indiquant qu'il fallait "s'attaquer à la racine du mal ". "Ce qui est le plus dur, c'est de casser les gangs et l'économie  souterraine du trafic de drogue ", mais la petite délinquance recule, a-t-il assuré.

 

Les nouvelles mesures annoncées mardi vont venir s'ajouter aux 230 policiers et gendarmes arrivés en renfort il y a presque un an, date à laquelle deux zones de sécurité prioritaire (ZSP) dans les quartiers sud et nord de la ville avaient également été mises en place.

Mais pour l'oppositon, cela n'est pas suffisant, Jean-Claude Gaudin le maire de Marseille réclame notamment le placement de l'ensemble de la ville en ZSP. Plus globalement, l'opposition dénonce une opération de communication destinée à masquer l'impuissance du gouvernement. 

►►► A LIRE AUSSI   A Marseille, l'UMP s'insurge contre les propos de Manuel Valls

►►► A ECOUTER  Marseille : "Depuis un an, [et les renforts policiers] la situation est la même" (Samia Ghali)

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.