Margaux Pinot "victime" selon Roxana Maracineanu : "Les ministres doivent rester à leur place", dénonce l'avocate d'Alain Schmitt

La ministre des Sports, Roxana Maracineanu, a qualifié Margaux Pinot de "victime" dans l'affaire de violences qui oppose la judokate à son entraîneur et compagnon Alain Schmitt.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Alain Schmitt et son avocate Me Caroline Wassermann lors de sa conférence de presse aprés son procés contre Margaux Pinot qu'il l'accuse de violences conjugales. (MARGAUX STIVE / RADIO FRANCE)

"Il s’agit d’une atteinte à la présomption d’innocence", a dénoncé vendredi 3 décembre auprès de franceinfo Caroline Wassermann, avocate du judoka Alain Schmitt, après les propos de la ministre des Sports. "Vu la procédure qui est en cours et l'indépendance de la justice, dans ma position de ministre je ne peux pas m'exprimer sur la procédure qui est en cours", a déclaré Roxana Maracineanu, se disant toutefois "en soutien de Margaux [Pinot] qui, pour moi, est clairement victime dans ce qui s'est passé" dans l'affaire de violences qui a opposé le couple. Mardi, le tribunal correctionnel de Bobigny a relaxé Alain Schmitt lors d'une audience en comparution immédiate. Cette relaxe a beaucoup fait parler notamment sur les réseaux sociaux. Le parquet de Bobigny a fait appel.

franceinfo : Comment vous et votre client avez-vous réagi à ces propos de la ministre des Sports ?

Caroline Wassermann : Cela ne trompe personne et c’est assez sournois : elle annonce qu’elle ne peut pas s’exprimer mais elle s’exprime quand même. Venir affirmer que Margaux Pinot est "clairement victime", c’est une critique directe d’une décision de justice. Il y a trois magistrats qui ont étudié le dossier avec attention, ce qui n’est pas le cas de la ministre des Sports qui n’a pas eu (et c’est normal) connaissance des éléments de cette affaire et qui ne réagit qu’en regard des émotions.

Cela me semble d’autant plus grave que Mme Elisabeth Moreno, elle-même ministre, deux jours plus tôt, avait elle aussi par un tweet totalement inacceptable remis en cause cette décision de Justice. 

Estimez-vous qu’il s’agit d’une atteinte à la présomption d’innocence de votre client et, si oui, comment comptez-vous réagir ?

De façon incontestable, il s’agit d’une atteinte à la présomption d’innocence. Cela va même encore plus loin car pour l’instant, il existe une décision qui affirme l’innocence de mon client. Je ne sais pas encore avec précision les voies qui seront utilisées mais il conviendra de rappeler à l’exécutif le principe de séparation des pouvoirs qui est la base de notre démocratie.

Il serait utile à ce stade que le président de la République qui est, je vous le rappelle, garant de l’indépendance de la justice, rappelle à ses ministres qu’ils n’ont pas à se prêter à ces simulacres de justice médiatique et qu’ils doivent rester à leur place.

Comment votre client a réagi à la conférence de presse donnée jeudi par Margaux Pinot, où elle affirme que les propos tenus par Alain Schmitt sont des mensonges ?

Mon client est droit dans ses bottes. Il maintient l’intégralité de ce qu’il a dit. La version de madame Pinot a déjà été entendue par le tribunal mais elle n’avait pas convaincu.

Avez-vous réfléchi depuis hier à une éventuelle plainte contre Margaux Pinot ?

Oui. Nous envisageons plusieurs procédures qui seront mises en place le moment venu.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.