Cet article date de plus de six ans.

Lorient : la mère présumée des trois bébés congelés avoue les avoir étouffés

Leurs corps avaient été retrouvés mardi, l'un dans la chambre froide d'un bateau, les autres dans le congélateur du domicile de cette femme de 50 ans. Les enquêteurs pensent qu'ils sont nés vivants.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un bâteau de pêche au port de Lorient (Morbihan). (LOIC VENANCE / AFP)

Le sort tragique des trois bébés congelés découverts mardi 11 juillet à Lorient (Morbihan) se précise. La femme interpellée, considérée comme leur mère, a avoué les avoir étouffés avec un coussin dès leur naissance, a annoncé jeudi la procureure de la République de Lorient, Laureline Peyrefitte. Leurs corps avaient été retrouvés dans la chambre froide d'un bateau pour l'un et dans le congélateur de son domicile pour les deux autres.

"Les premières investigations scientifiques permettent de penser (...) que ces enfants étaient nés vivants, a expliqué la procureure lors d'une conférence de presse, sous réserve des résultats de l'autopsie prévue ce jour des trois nourrissons et des examens médicaux complémentaires." Une information judiciaire pour assassinats doit être ouverte "dans les prochaines heures", a précisé la magistrate.

Les corps avaient été déplacés récemment

La femme mise en cause, âgée de 50 ans et qui a un fils de 25 ans, a expliqué, dans ses premières déclarations, avoir "accouché à chaque fois dans son domicile de Larmor-Plage, son ancien domicile, seule, à des dates qu'elle situe en 1998, 1999 et 2003". 

Après ces accouchements, elle aurait procédé "selon un même mode opératoire : étouffer les nouveau-nés à l'aide d'un coussin avant de les envelopper dans un sac en plastique et de les mettre dans son congélateur".

En raison d'un récent déménagement, la mère présumée avait dû déplacer les corps. L'un d'eux était toujours présent dans la chambre froide du bateau où elle travaillait, lorsqu'un employé de la Scapêche l'y a découvert mardi et a averti la police.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.