Loire : un pharmacien ferme son officine deux jours, ses clients le croient mort

Un pharmacien de Chambon-Feugerolles (Loire), qui a fermé son officine deux jours la semaine dernière à cause d'un dégât des eaux, doit se battre contre la rumeur de sa mort.

Le pharmacien a porté plainte contre X.
Le pharmacien a porté plainte contre X. (JEAN-LUC FL?MAL / MAXPPP)

Dans la Loire, à Chambon-Feugerolles, un pharmacien a fermé son officine deux jours à la suite d'un dégât des eaux. Depuis, une partie de ses clients le croit mort. La rumeur affaiblirait son commerce, alors le pharmacien a porté plainte contre X, rapporte France Bleu Saint-Etienne Loire, mercredi 7 mars.

Depuis quelques jours, Jean-Marc Bénaiche, le pharmacien, doit accueillir des clients affolés qui lui demandent s’il est bien vivant. En une journée, il a vu passer quarante personnes qui le pensaient mort. Or, le pharmacien est bel et bien vivant. Il avait simplement dû fermer son officine pour un dégât des eaux.

Les gens m'ont pris dans leurs bras, ils ont pleuré !Jean-Marc Bénaiche, le pharmacien

Pour arrêter les rumeurs, Jean-Marc Bénaiche a donc décidé de parler à la presse, notamment à France Bleu Saint-Etienne Loire : "J'ai vécu ma propre mort du temps de mon vivant. J'ai vu les gens très affectés, des gens venir quasiment en pyjama." "Ce sont des marques d'affection, poursuit le pharmacien, parce que ça fait 36 ans que je suis installé au Chambon. Ensuite tout va très vite. De la crise cardiaque, certains m'ont raconté que la coiffeuse disait que j'étais tombé dans l'escalier."

Jean-Marc Bénaiche va donc déposer une plainte contre X, car il suspecte des gens mal intentionnés d’avoir répandu cette rumeur pour affaiblir son commerce. "Quand ce sont des infirmières d’une maison de retraite qui disent à des malades qu’ils doivent changer de pharmacien, cela pose forcément question", soupçonne le pharmacien qui a aussi contacté l’Ordre de sa profession pour le prévenir de ce problème.