L’Hay-les-Roses : le maire en appelle à l'Etat après deux fusillades en moins de 24 heures

"On a l'impression d'être dans un mauvais film américain" s'inquiète le maire de l'Hay-les-Rose. Vendredi soir, un homme de 22 ans a été gravement blessé par balles. Dans la matinée, c'est un enfant de 10 ans qui a été touché par des éclats de verre. Deux hommes ont tiré sur la voiture des ses parents.

(Deux fusillades ont éclaté ce vendredi à l'Hay-les-Roses © MAXPPP)

L’Hay-les-Roses (Val-de-Marne) a connu deux fusillades vendredi. Il pourrait s’agir de deux règlements de comptes, mais pour l’heure aucun élément ne semble les relier. Pour le maire Les Républicains, Vincent Jeanbrun, l'Etat doit réagir. 

Un jeune homme touché dans la soirée

Peu après 19 heures, un homme de 22 ans, connu des services de police pour de la petite délinquance, a été la cible de tirs. Selon une source policière, le tireur aurait été seul "casqué et à pied" avant de prendre la fuite dans une voiture. La victime, touchée à deux endroits et dans un état grave, a été transportée dans un hôpital parisien. Une enquête a aussitôt été ouverte pour "tentative d’homicide volontaire avec arme".

Le père visé, le fils blessé

Dans la matinée, des tirs avaient déjà éclaté et un petit garçon de 10 ans a été blessé par des éclats de verre. Quand deux hommes cagoulés ont visé le véhicule de ses parents, en pleine rue et devant de nombreux témoins, il se trouvait à l’intérieur en chemin pour l’école. Son père détenu pour "trafic de stupéfiants" en permission de sortie, était au volant au moment de faits et aurait été la véritable cible des tireurs. La police judiciaire du Val-de-Marne est saisie de cette affaire et privilégie pour l’instant, la piste du règlement de comptes.

"On a l'impression d'être dans un mauvais film américain"

Le maire Les Républiciains de l'Hay-les-Roses, Vincent Jeanbrun, a réagit vivement, très surpris par les faits qu'il juge dignes d'un "mauvais film américain" . L'élu demande donc de l'aide à l'Etat. "Il faut impérativement que l'Etat accompagne la vidéo-protection , explique-t-il. On aurait pu avoir plus d'indices, connaître leur taille, et peut être que les suspects auraient déjà été arrêtés."

"Avec la vidéo-protection, l'enquête aurait avancé plus vite" Vincent Jeanbrun, maire Les Républicains de L'Hay-les-Roses.
--'--
--'--