Cet article date de plus de neuf ans.

Les zones inondées dans l'Aube classées en situation de catastrophe naturelle

Le ministre de l'Intérieur a annoncé vendredi le classement en situation de catastrophe naturelle des zones inondées dans l'Aube. Manuel Valls avait fait le déplacement pour constater les dégâts causés sur les surfaces agricoles par les crues du week-end dernier. Des dizaines de milliers d'hectares de culture ont été dévastés. Le manque à gagner est considérable - mais pas encore quantifié...
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

Le maire de Troyes, François Baroin, avait demandé jeudi que l'état de catastrophe naturelle soit reconnu pour sa commune. Requête entendue par Manuel Valls : le ministre de l'Intérieur, en déplacement vendredi dans l'Aube, a annoncé que le classement en situation de catastrophe naturelle serait accordé aux zones de la région inondées  depuis les intempéries et les crues du week-end dernier. C'est le préalable nécessaire à toute demande d'indemnisation.

Particulièrement touchés par les inondations, les agriculteurs bourguignons ont, pour certains, encore les pieds dans l'eau. Leurs cultures ont été dévastées. Il est encore trop tôt pour connaître précisément l'étendue des dégâts. La FNSEA, le plus important syndicat agricole, parle de "plusieurs dizaines de milliers d'hectares" .

"Les  nappes phréatiques sont pleines" , explique Xavier Beulin. "L es terres ne peuvent plus rien absorber". Ce qui a été le plus touché, pense-t-il, ce sont les cultures en terre (blé, colza) ; quant aux cultures de printemps (légumes, betteraves, maïs), elles ont pris beaucoup de retard. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.