Cet article date de plus de cinq ans.

Les mots de Salah Abdeslam à son frère tracent sa ligne de défense

Mohamed Abdeslam a rencontré son frère Salah à la prison de Bruges vendredi. Il affirme que le suspect clé des attentats du 13 novembre à Paris a volontairement refusé de se faire exploser.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Mohamed Abdeslam a rencontré son frère à la prison de Bruges, dans le nord-ouest de la Belgique © SIPA/AP/Geoffroy Van der Hasselt)

Mohamed Abdeslam a rencontré pendant près de deux heures vendredi son frère, Salah à la prison belge de Bruges. Ce qu'il rapporte de ses déclarations ne peut être vérifié. Il s'agit en quelque sorte d'une "vérité familiale" qui dessine toutefois la défense que compte servir Salah Abdeslam, proche d'un transfèrement en France.

A LIRE AUSSI ►►►La justice belge donne son feu vert à la remise de Salah Abdeslam à la France

"Heureusement, je ne l'ai pas fait"

Mohamed Abdeslam confie que son frère, interpellé le 18 mars à Bruxelles, a exprimé des regrets sur sa participation aux attentats du 13 novembre à Paris. Il se remettrait en question et il aurait été entrainé, selon lui, vers des choses qui l’auraient dépassé. Selon son frère, Salah Abdeslam explique avoir bien porté une ceinture explosive avant de s’en débarrasser. Mohamed cite ainsi son frère : "si je l’avais voulu, il y aurait eu plus de victimes, heureusement je ne l’ai pas fait" . Il parle d’un homme soulagé et prêt à assumer ses actes.

Le transfèrement de son frère vers la France est imminent, affirme-t-il, bien qu’il n’ait aucune information précise et il ajoute : "nous serons tenus au courant une fois que ce sera fait" .

Pourquoi son frère a-t-il accepté de rejoindre une prison française ? Mohamed rapporte que Salah Abdeslam dit avoir des comptes à rendre à la France, pas à la Belgique, précisant, toujours en faisant parler son frère, qu'il n'a rien à voir avec les attentats à Bruxelles du 22 mars. Il dit avoir découvert les faits à la télévision, dans sa cellule de Bruges, ajoutant que s'il avait été impliqué, il aurait trouvé refuge auprès des terroristes, auteurs des attaques du 22 mars, lors de sa cavale. D'ailleurs renchérit son frère, "c'est de la famille éloignée" qui l'a caché à Molenbeek.

A LIRE AUSSI ►►►Abdeslam "souhaite partir en France le plus vite possible" pour s'expliquer

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.