Cet article date de plus de huit ans.

La justice belge donne son feu vert à la remise de Salah Abdeslam à la France

La justice belge a donné son feu vert ce jeudi à la remise de Salah Abdeslam à la France. Elle devrait intervenir d'ici 10 jours maximum.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
  (Cédric Moisse, avocat de Salah Abdeslam, ce jeudi à Bruxelles. © Denis Closon/Isopix/SIPA)

"Vu le consentement explicite de Salah Abdeslam d'être remis aux autorités françaises, il devrait encore être entendu par un magistrat fédéral conformément à la loi. L'audience de la chambre du conseil est devenue sans objet, la remise de l'intéressé étant acceptée", écrit le parquet fédéral belge dans un communiqué.

La remise de Salah Abdeslam, arrêté le 18 mars dernier à Molenbeek, devrait intervenir d'ici 10 jours maximum. L'un de ses avocats, Me Cédric Moisse, confirme que Salah Abdeslam a "donné son consentement formel".

Abdelsam remis à la justice française ? "Il a donné son consentement formel" (Me Moisse, avocat d'Abdeslam)
Les deux parties ayant donné leur consentement, la décision de la chambre du conseil a été très rapide : après 2 heures d'audience,  la justice belge a donné son feu vert. Une session à huis clos, sans la présence du principal intéressé qui est détenu à Bruges. Ce jeudi matin, le procureur s'est rendu à la prison de Bruges pour pouvoir entendre Salah Abdeslam. Ce dernier avait d'abord refusé l'idée d'être extradé en France avant de changer d'avis, après les attentats de Bruxelles du 22 mars.

Les familles de victimes n'attendent pas la vérité de la bouche d'Abdeslam 

De son côté,  Me Samia Maktouf se dit circonspecte sur l'attitude de Salah Abdeslam. "Si Salah Abdeslam avait l'intention de collaborer, il l'aurait fait bien avant les attentats de Bruxelles et il aurait très certainement fait en sorte que des vies innocentes soient préservées" , a réagi l'avocate de victimes d'attentats de Paris sur France Info. Et elle assure ne pas "attendre grand-chose" de la remise du suspect-clé des attentats de novembre à la justice française. "Salah Abdeslam a décidé de se murer dans un silence, c'est une stratégie de défense" , a-t-elle estimé.   

"Abdeslam a décidé de se murer dans le silence, c'est une stratégie de défense" Me Sami Maktouf, avocate de victimes des attentats

La procédure du mandat d'arrêt européen est plus rapide qu'une extradition. Une fois en France, Salah Abdeslam sera présenté à un juge anti-terroriste et mis en examen.

Lors de sa première audition en Belgique, il avait reconnu être à Paris le 13 novembre, jour des attentats. Les juges chargés de l'enquête pourront l'interroger sur son rôle précis dans les attaques du Bataclan, des terrasses parisiennes et du Stade de France. Ils pourront également vérifier s'il entendait vraiment se faire exploser au Stade de France, comme l'a rapporté le procureur de Paris, François Molins.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.