Cet article date de plus de neuf ans.

Le ministre de l'Intérieur veut réformer la police des polices

Dans un entretien au journal Le Monde, Manuel Valls annonce une "profonde réforme" de l'IGS et de l'IGPN. Et exige le départ de l'actuel patron de l'IGS, Claude Bard. Le journal croit savoir que son successeur serait Philippe Caron, actuel numéro deux de la Direction de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

"J'ai inscrit la déontologie au rang de mes priorités" , rappelle Manuel Valls. "Nous avons ainsi décidé (...) la création d'une structure de contrôle et d'audit au sein de la DCRI. C'est dans ce cadre que j'engage une réforme de l'IGPN et de l'IGS afin d'unifier la fonction de contrôle au sein de la police nationale" .

Dans un entretien au journal Le Monde , le ministre de l'Intérieur annonce donc de profonds changements au sein de la police des polices - l'Inspection générale des services n'a pour zone de compétence que la préfecture de police de Paris, le reste étant du ressort de l'Inspection générale de la police nationale.

Claude Bard limogé

Une réforme car il y a eu trop d'abus. Cinq agents ont notamment été accusés de corruption en 2007 avant d'être blanchis en 2011. Une dizaine d'informations judiciaires sont encore ouvertes. "Dans la mesure où je veux réformer le système, il faut un nouveau responsable de l'IGS" . Exit donc Claude Bard, patron depuis 2007. Pour lui succéder, Le Monde avance le nom de Philippe Caron, actuel numéro deux de la Direction de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne.

Dans le détail, "l'IGS doit devenir une composante à part entière de l'IGPN" , estime Manuel Valls. "Un arrêté prévoyait déjà que le chef de l'IGS était l'adjoint du responsable de l'IGPN, cette disposition est restée lettre morte, je souhaite que le droit s'applique."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.