Cet article date de plus de quatre ans.

Enquête ouverte pour assassinat après la disparition d'une étudiante japonaise à Besançon

Narumi Kurosaki est portée disparue depuis la nuit du 4 au 5 décembre. Le principal suspect est un jeune Chilien.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La victime, Narumi Kurosaki, dans un reportage diffusé à la télévision japonaise le 26 décembre 2016. (MAXPPP)

La justice a ouvert une enquête pour assassinat après la disparition d'une étudiante japonaise, a annoncé mardi 3 janvier la procureure de Besançon (Doubs). "Les éléments que nous avons sont suffisamment importants pour qualifier [les faits] d'assassinat", a annoncé Edwige Roux-Morizot, citée par France 3 Franche-Comté, sans donner de détails afin de "protéger l'enquête".

Des traces en cours d'analyse

"Le suicide, la disparition volontaire sont clairement exclus par les éléments de l'enquête et par les témoignages", a ajouté la magistrate. Selon L'Est républicain, des traces de sang ont été découvertes devant la résidence universitaire. "On ne sait pas si les traces retrouvées sont du sang. Elles sont en cours d'analyse", a précisé Edwige Roux-Morizot.

La jeune femme, Narumi Kurosaki, est portée disparue depuis le 4 décembre dans la nuit. Le principal suspect est son ex-petit ami, un Chilien qui s'est enfui dans son pays. Un mandat d'arrêt international a été lancé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.