Cet article date de plus de huit ans.

L'ex-député PS Jean-Pierre Kucheida condamné à 30 000 euros d'amende

Une peine de six mois de prison avec sursis avait été requise le 9 avril à l’encontre de l'élu du Pas-de-Calais, jugé pour "abus de biens sociaux".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.

Le tribunal correctionnel de Douai (Nord) a condamné à 30 000 euros d'amende l’ancien député-maire socialiste de Liévin (Pas-de-Calais) Jean-Pierre Kucheida, pour "abus de biens sociaux" au détriment d’un bailleur social qu’il présidait, la Soginorpa.

Le procureur avait estimé le 9 avril qu'il s'agissait "d'un vol chic, un vol sans violence, bien supérieur aux sommes volées par les petits délinquants jugés ici d'habitude". Il avait requis six mois de prison avec sursis et 70 000 euros d'amende, ainsi que cinq ans d'interdiction de toute fonction publique et gestion de société.

De quoi Jean-Pierre Kucheida était-il accusé ?

L'élu était poursuivi en compagnie de sa fille pour l'utilisation à des fins personnelles de la carte bleue de la Soginorpa, gestionnaire d'anciens logements miniers. Il a été reconnu coupable d'avoir utilisé abusivement cette carte de crédit, et de ne pas avoir justifié quelque 11 000 euros de dépenses entre 2009 et 2012. Ces sommes concernaient des factures d'hôtel, de restaurant de luxe, de bijoux ou encore d'essence. Jean-Pierre Kucheida avait affirmé avoir remboursé ces dépenses, pour lesquelles il aurait utilisé la carte par erreur.

L'élu a en revanche été relaxé des poursuites pour l'utilisation de la carte d'essence d'un véhicule de fonction du bailleur et pour le paiement d'une subvention à sa fille par l'intermédiaire d'une association.

Comment a-t-il réagi à cette décision ?

Mardi, Jean-Pierre Kucheida s'est dit "satisfait" du jugement. Il a affirmé que la décision du tribunal "minimis[ait] largement le rôle" qu'on lui "a donné pendant un an et demi" et qui lui "a valu [s]on poste de député". Il continuera à être "au service du bassin minier", comme il le fait "depuis 42 ans", puisqu'"aucune peine d'inéligibilité" n'a été prononcée à son encontre, a-t-il ajouté.

"La montagne a accouché d'une souris", a déclaré son avocat, Frank Berton. Il estime que l'"honneur" de son client "lui est pour bonne partie rendu".

Est-il impliqué dans d'autres affaires ?

L'ancien maire de Liévin, lâché par le PS, battu dès le premier tour aux dernières élections législatives puis démissionnaire de son poste de maire, est également visé par deux informations judiciaires et une enquête préliminaire, concernant notamment des irrégularités dans l'attribution de marchés publics dans le Pas-de-Calais.

Dans La Fédé. Comment les socialistes ont perdu le Nord (Seuil), les journalistes Benoît Collombat et David Servenay pointent du doigt une comptabilité opaque, des achats de terrains douteux et des marchés passés sans appel d'offres, comme le rapportait notre blog Bibliothérapie, le 5 octobre 2012.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.