L'ancien secrétaire d'Etat Jean-Vincent Placé en garde à vue pour violence en état d'ivresse et insulte raciste

L'ancien sénateur est soupçonné d'outrage sur personne dépositaire de l'autorité publique, d'insulte à caractère racial et de violence sans incapacité commise en état d'ivresse. 

L\'ancien secrétaire d\'Etat Jean-Vincent Placé, le 20 février 2017 à Paris.
L'ancien secrétaire d'Etat Jean-Vincent Placé, le 20 février 2017 à Paris. (PATRICE PIERROT / CROWDSPARK / AFP)

Que s'est-il passé dans la nuit du 4 au 5 avril ? L'ancien secrétaire d'Etat à la Réforme de l'État et à la Simplification, Jean-Vincent Placé, a été interpellé et placé en garde à vue au commissariat du 5e arrondissement de Paris, a appris franceinfo de source judiciaire, confirmant une information d'Europe 1. Il est soupçonné d'outrage sur personne dépositaire de l'autorité publique, d'insulte à caractère racial et de violence sans incapacité commise en état d'ivresse.

A 2h15, jeudi matin, l'ancien sénateur de l'Essonne aurait importuné des femmes dans la discothèque La Piscine, rue Princesse, dans le Quartier latin. L'une d'elle, âgée de 21 ans, a rapporté avoir été traitée de "sale pute" après avoir refusé de danser pour lui contre rémunération, selon un PV consulté par France 3. Jean-Vincent Placé aurait ensuite insulté le videur qui l'a expulsé de la boite de nuit en lançant : "Ici on n'est pas au Maghreb, tu sais pas qui je suis, je vais te renvoyer en Afrique".

2,5 grammes d'alcool dans le sang

Quand la police est intervenue, Jean-Vincent Placé semblait énervé et ivre. Selon cette une policière, Jean-Vincent Placé est venu au contact d’un brigadier en l’insultant et en intimidant les policiers avec ses anciennes fonctions. Le policier a d’ailleurs porté plainte pour "outrage sur personne dépositaire de l’autorité publique". De son côté, au cours du trajet pour se rendre au commissariat, Jean-Vincent Placé dit avoir été agressé par un homme d’extrême droite et avoir reçu un coup du côté gauche du visage, mais il n’a aucune trace.

A l’arrivée au commissariat, à 2h25, Jean-Vincent-Placé est contrôlé avec 1,16 mg/litre d’air expiré, soit l'équivalent de près de 2,5 grammes d'alcool dans le sang. Selon nos informations, la jeune femme qui a été insultée n’a pour l’instant pas porté plainte, ni le videur. Jean-Vincent Placé était avec un ami, un sénateur, qui lui est resté respectueux selon les témoins et a prévenu que Jean-Vincent Placé avait "beaucoup trop bu".