EN IMAGES. Zyed et Bouna : la relaxe des policiers provoque colère et crispation

Artistes, politiques, mais aussi personnalités médiatiques et proches des victimes ont réagi à la relaxe des deux policiers, poursuivis pour non-assistance à personne en danger après le drame de Clichy-sous-Bois en 2005.

110
Au lendemain du jugement, l'avocat des familles de Zyed Benna et Bouna Traoré, Jean-Pierre Mignard, a regretté sur France Inter le poids accordé à la parole des prévenus. Proche de François Hollande, il a en outre jugé que la gauche n’avait "pas fait assez pour les quartiers" depuis trois ans. STEPHANE MAHE / REUTERS
210
A la fin de l'audience, au tribunal correctionnel de Rennes (Ille-et-Vilaine), la famille de Bouna Traoré n'a pas caché son écœurement. "Je n'arrive pas à comprendre" la relaxe des policiers, a ainsi lâché devant les journalistes Gaye Traoré (deuxième, à gauche), frère de Bouna. DAVID VINCENT / AP / SIPA
310
Sur Twitter, diverses personnalités ont également fait part de leur colère après le jugement. Le journaliste Mouloud Achour a ainsi détourné le slogan "Je suis Charlie", pour dire sa solidarité avec les victimes du drame de Clichy-sous-Bois. IBO / SIPA
410
Même son de cloche de la part de la chanteuse Héloïse Letissier. Sur le compte Twitter de son groupe, Christine and the Queens, l'artiste a repris, en anglais, l'un des slogans des manifestations à la mémoire des victimes : "Pas de justice, pas de paix". GUILLAUME SOUVANT / AFP
510
Les membres de la majorité ne se sont en revanche pas bousculés pour exprimer leur désapprobation de la décision de justice. Au PS, l'ancien ministre François Lamy a été l'un des rares à exprimer, sur Twitter, sa compassion pour les familles de Zyed et de Bouna. MAXPPP
610
La secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts, Emmanuelle Cosse, s'est également fendue d'un message pour dire son "incompréhension" après la relaxe des deux policiers. AURÉLIEN MORISSARD / CITIZENSIDE / AFP
710
Plusieurs voix venues de la droite ont toutefois applaudi la décision du tribunal, comme le député UMP des Alpes-Maritimes Eric Ciotti. MAXPPP
810
Mais c'est la députée frontiste Marion Maréchal-Le Pen qui, parlant de "racaille" et réfutant toute "bavure", a employé les mots les plus durs après la relaxe des policiers. "Parfois, on se demande où se trouve la racaille", lui a répondu mardi le ministre de la Ville, Patrick Kanner. ALAIN JOCARD / AFP
910
Invité d'i-Télé mardi matin, le député-maire UMP de Nice, Christian Estrosi, a également salué le jugement. Une intervention condamnée par le président PS de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, pour qui l'élu tente "d'allumer la guerre civile". JEAN-CHRISTOPHE MAGNENET / AFP
1010
Pendant que les responsables politiques s'interpellaient sur Twitter, quelques centaines de personnes - 400 selon la police - se sont rassemblées lundi soir à Bobigny (Seine-Saint-Denis), pour dénoncer la relaxe des policiers. Dans une ambiance "un peu tendue", selon une source préfectorale, elles ont scandé des slogans comme "Police assassin, justice raciste". (MANNONE CADORET / CITIZENSIDE / AFP)