Cet article date de plus de huit ans.

Violences au stade de Nice : des peines de prison avec sursis pour six supporters

Ils avaient participé à une bagarre, le 24 novembre, avant la rencontre Nice-Saint-Etienne. Ces violences avaient fait huit blessés parmi les stadiers.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des supporters s'affrontent avec la rencontre Nice-Saint-Etienne, le 24 novembre 2013, à Nice. (VALERY HACHE / AFP)

Ils avaient lancé les hostilités une heure avant le coup d'envoi de la rencontre Nice-Saint-Etienne, le 24 novembre, blessant huit stadiers, dégradant environ 200 sièges et causant des ennuis au club stéphannois. Six participants à une bagarre au sein de l'Allianz Arena ont été condamnés à des peines de prison avec sursis assorties d'interdiction de stade, jeudi 26 décembre, à Nice.

Comparaissant dans le box, les deux prévenus stéphanois et niçois qui risquaient les peines les plus lourdes ont écopé de six mois avec sursis et deux ans d'interdiction de stade. Le ministère public avait requis à leur encontre cinq mois ferme, deux ans d'interdiction de stade et 750 euros d'amende.

Peine maximale : six mois avec sursis

Comparaissant libres, quatre autres supporteurs stéphanois ont écopé de peines de quatre à six mois de prison avec sursis, d'une amende de 750 euros et d'une interdiction de stade de 12 à 18 mois. Ils devront en outre effectuer 170 heures de travaux d'intérêt général.

Une peine d'amende de 300 euros a été infligée à un septième homme, supporter stéphanois, qui était soupçonné d'avoir jeté une bouteille de soda en plastique vers les supporteurs adverses. Tous ont reconnu à l'audience des violences et/ou des dégradations au sein de l'enceinte sportive.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice – Procès

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.