VIDEO. A la Faute-sur-Mer, les victimes de tempête Xynthia n'ont rien oublié

Alors que le procès de cette catastrophe qui a fait 29 victimes en février 2010 s'ouvre lundi aux Sables-d'Olonne (Vendée), des rescapés reviennent pour France 2 sur cette nuit terrible.

ANNE GUILLE-EPEE et ALAIN DARIGRAND - FRANCE 2

Plus de quatre ans après, les habitants de la Faute-sur-Mer (Vendée) gardent toujours des séquelles psychologiques du drame qui s'est déroulé dans la nuit du 27 au 28 février 2010. Ce soir-là, 29 personnes se sont noyées lors du passage de la tempête XynthiaLe procès, qui doit durer cinq semaines, a démarré lundi 15 septembre aux Sables-d'Olonne.

Plus de 120 parties civiles font face à cinq prévenus, dont l'ancien maire de La Faute-sur-Mer, poursuivis pour homicides involontaires, qui avaient été autorisées à s'installer sur des terrains en principe non-constructibles.

"On a perdu énormément cette nuit-là"

Thierry Berlemont a perdu sa maison, des amis, mais, de justesse, il a réussi à sauver sa femme et ses filles. Ils sont restés sur le toit de leur maison pendant huit heures avant de voir les premiers secouristes. "On a perdu notre maison mais aussi des amis, des souvenirs, des repères..., souffle-t-il. On a perdu énormément de choses cette nuit-là." 

Le 31 mars 2011 à La Faute-sur-Mer (Vendée), un homme prend en photo les maisons démolies par la tempête Xynthia.
Le 31 mars 2011 à La Faute-sur-Mer (Vendée), un homme prend en photo les maisons démolies par la tempête Xynthia. (FRANK PERRY / AFP)