Un Lorrain pédale jusqu'à Paris pour demander l'éloignement d'un voisin, condamné pour avoir agressé sexuellement sa fille

Cet habitant de Jarny (Meurthe-et-Moselle) a décidé de se rendre en vélo jusqu'au ministère de la Justice, à Paris. Il réclame l'éloignement d'un voisin condamné pour avoir agressé sexuellement sa fille.

Françis Siedlewski devant la mairie de Sainte Ménéhould dans la Marne.
Françis Siedlewski devant la mairie de Sainte Ménéhould dans la Marne. (CECILE SOULE / RADIO FRANCE)

Un habitant de Jarny (Meurthe-et-Moselle) se rend à vélo au ministère de la Justice, à Paris, pour réclamer l'éloignement d'un voisin condamné pour avoir agressé sexuellement sa fille, rapporte mardi 26 juin France Bleu Lorraine.

Francis Siedlewski est parti lundi 25 juin, après avoir appris que la cour d'appel de Nancy refusait d'éloigner de son domicile un voisin condamné pour agression sexuelle sur sa fille de 10 ans.

Un habitant de Meurthe-et-Moselle veut parcourir 300 kilomètres à vélo entre Jarny et Paris, pour réclamer l\'éloignement d\'un voisin condamné pour avoir agressé sexuellement sa fille.
Un habitant de Meurthe-et-Moselle veut parcourir 300 kilomètres à vélo entre Jarny et Paris, pour réclamer l'éloignement d'un voisin condamné pour avoir agressé sexuellement sa fille. (GOOGLE MAPS)

300 km à vélo pour réclamer une audience

"C'est dur de monter les côtes, d'avaler des kilomètres, mais il faut qu'on m'entende", a déclaré Francis Siedlewski, qui va parcourir 300 km à vélo. Il prévoit d'arriver vendredi au ministère de la Justice, où il va demander une audience.

En avril dernier, il avait fait une grève de la faim pendant quatre jours pour tenter d'obtenir gain de cause. "Le voisin habite à 22 mètres de chez nous. Il s'approche du portail quand ma fille joue et Emma fait pipi dans sa culotte... C'est infernal depuis 2016. On ne m'entend pas ! Mais c'est comme la cocotte-minute, elle bout, elle bout, et ça pète", a prévenu ce père de famille.

De son côté, le voisin, un homme de 71 ans, conteste sa condamnation et veut se pourvoir en cassation. Son avocat, Me Gérard Kremser, est également opposé à toute mesure d'éloignement car dit-il, "il est quasiment aveugle et sa maison est adaptée à son handicap".