Trois mineurs interpellés en Savoie après une série de vols et d'agressions à caractère homophobe sur Grindr

La série de vols et d'agressions à caractère homophobe remonte à avril dernier rapporte France Bleu Pays de Savoie.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Les trois mineurs ont été confondus par la téléphonie et la vidéosurveillance. (LIONEL VADAM  / MAXPPP)

Trois mineurs ont été interpellés, mardi 21 mai à Barberaz (Savoie), près de Chambéry, dans le cadre d'une enquête sur une série de vols et d'agressions à caractère homophobe, commis en avril dernier via l'application de rencontres Grindr, selon une information de France Bleu Pays de Savoie. Cinq plaintes ont été déposées.

Les trois mineurs sont âgés de 15, 16 et 17 ans, ils sont suspectés d'avoir créé de faux profils sur Grindr, l'application de rencontres pour personnes bi et homosexuelles pour leur tendre des pièges. Entre mi-avril et fin avril, durant les vacances scolaires de printemps, ils sont soupçonnés d'avoir agressé dans l'agglomération chambérienne plusieurs personnes en raison de leur orientation sexuelle. Cinq victimes, des hommes âgés de 30 à 37 ans, ont déposé plainte.

Un rendez-vous fixé sur Grindr

Le modus operandi est le suivant : le rendez-vous est fixé sur Grindr. Quand la victime arrive, elle est attirée à l'écart par l'un des mineurs. Les deux autres l'attaquent par surprise et tentent de la dévaliser. Insultes homophobes, coups de poing, coups de pied, les victimes sont passées à tabac quand elles résistent. Selon les informations de France Bleu Pays de Savoie, l'un des hommes agressés, un adulte en situation de handicap, a été contraint de faire un virement de 150 euros depuis son téléphone portable.

À la suite de ces violences, les cinq victimes se sont vues prescrire des ITT inférieures à huit jours. Les hommes violentés sont domiciliés en Savoie, en Haute-Savoie et dans le Rhône. Certains étaient de passage sur l'agglomération chambérienne quand ils ont été pris dans ces guets-apens. Y a-t-il d'autres victimes ? À ce jour, cinq hommes blessés ont pu être identifiés. Ils ont tous déposé plainte.

Les trois mineurs déférés devant le parquet de Chambéry

Les trois mineurs, confondus par la téléphonie et la vidéosurveillance, ont pu être interpellés rapidement, moins de six semaines après les premiers faits. Ces trois lycéens, inconnus des services de police, vivent chez leurs parents à Barberaz. Les vêtements décrits par les victimes ont été retrouvés lors des perquisitions. D'après les premiers éléments, ils n'avaient aucun lien avec les victimes, qui étaient rencontrées au hasard sur Grindr. Les trois mineurs échangeaient les rôles, ce n'était pas toujours le même qui servait d'appât.

Placés en garde à vue, les trois adolescents sont poursuivis pour "vol en bande organisée", dont l'un commis sur personne vulnérable, et violences "en réunion", "avec préméditation" et "en raison de l'orientation sexuelle", des circonstances aggravantes. Ils ont été déférés ce mercredi devant le parquet de Chambéry. Ils risquent la prison ferme. L'enquête est menée par le groupe des atteintes aux personnes de la filière judiciaire de la police nationale de la Savoie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.