Procès de Valérie Bacot : cinq ans de prison requis, dont quatre avec sursis, contre cette femme qui a tué son mari violent et proxénète

Jugée pour avoir tué en 2016 son mari violent, Valérie Bacot a déjà effectué un an d'emprisonnement, et ressortirait donc libre au terme de cette semaine de procès.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Valérie Bacot (au centre) lors de son procès, le 25 juin 2021, à Chalon-sur-Saône. (JEFF PACHOUD / AFP)

L'heure des réquisitions au procès de Valérie Bacot. L'avocat général a demandé, vendredi 25 juin, une peine de cinq ans de prison, dont quatre avec sursis, pour cette femme de 40 ans accusée d'avoir tué Daniel Polette en 2016, son mari violent et proxénète. Valérie Bacot ayant déjà effectué un an d'emprisonnement, elle ressortirait donc libre au terme de cette semaine de procès, explique France 3 Bourgogne Franche-Comté.

"Valérie Bacot ne pouvait pas prendre la vie de celui qui la terrorisait" mais il faut "fixer l'interdit sans réincarcérer", a déclaré l'avocat général Eric Jallet devant les assises de Saône-et-Loire. Il a par ailleurs estimé que ses quatre enfants avaient "besoin" de l'accusée. A l'écoute des réquisitions, Valérie Bacot s'est effondrée en larmes, perdant connaissance, visiblement épuisée. Les secours ont été dépêchés pour la soigner et elle semblait recouvrer ses esprits en milieu de matinée. L'audience a été suspendue. Elle reprendra à 13 heures. 

Obligée de se prostituer pendant 14 ans

De son côté, la partie civile avait réclamé, jeudi, une condamnation pour l'exemple à l'encontre de Valérie Bacot, mais sans exiger de peine précise. Valérie Bacot a tué Daniel Polette le 13 mars 2016 d'une balle dans la nuque après plus de vingt-quatre ans de viols, de violences et de prostitution contrainte.

Lors de son procès, elle a décrit comment son mari l'avait plusieurs fois menacée avec une arme, lui assurant que, "la prochaine fois, il ne la louperait pas". L'homme alcoolique et violent l'a prostituée pendant quatorze ans, exigeant de son épouse qu'elle porte une oreillette afin de pouvoir entendre les "instructions" de son mari qui guidait la passe.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice – Procès

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.