Oscar Pistorius sort de son silence et tweete des psaumes

L'athlète paralympique, accusé d'avoir tué sa compagne, n'avait jusque-là que partagé un bref communiqué à la date anniversaire de sa mort.

Le coureur paralympique Oscar Pistorius lors de son procès le 15 avril 2014 en Afrique du Sud pour le meurtre de sa compagne.
Le coureur paralympique Oscar Pistorius lors de son procès le 15 avril 2014 en Afrique du Sud pour le meurtre de sa compagne. (GIANLUIGI GUERCIA / POOL / AFP)

"Seigneur, aujourd'hui je vous demande de laver ceux qui vivent dans la douleur dans la rivière de votre guérison. Amen." Voici le message passé lundi 14 juillet par Oscar Pistorius, via Twitter. Depuis qu'il a tué de quatre balles sa petite amie, Reeva Steenkamp, l'athlète avait gardé le silence, se contentant de partager un bref communiqué le 14 février, date anniversaire du drame.

Mais alors que son procès entre dans sa dernière ligne droite, l'ancien champion paralympique sud-africain a fait un retour remarqué en publiant plusieurs messages. Une initiative diversement reçus par les internautes, tantôt choqués, tantôt encourageants. 

Des tweets religieux

Trois des messages ont été publiés dimanche soir et le dernier lundi matin : issu d'une famille très religieuse, l'athlète a d'abord cité un psaume, "l'Eternel est près de ceux qui ont le cœur brisé", avant de poster des photos de lui avec des enfants handicapés. Ces clichés, qui datent d'avant le drame, montrent le coureur amputé de ses deux jambes du temps de sa gloire, quand il faisait figure de modèle.

Et de conclure sur un extrait de Man's Search for Meaning (Découvrir un sens à sa vie, 1946), ouvrage du neurologue et psychiatre autrichien Viktor Frankl, survivant des camps de concentration.

Un message "déplacé" ?

Sans surprise, ces tweets ont déclenché une avalanche de réactions. Si certains défendent et encouragent Oscar Pistorius, d'autres lui rappellent qu'il a tué quelqu'un, et l'accusent de vouloir se racheter une conduite.

Une internaute note qu'au regard des commentaires publiés sous des articles de presse relayant l'information, "la plupart des gens s'accordent à dire que ces tweets d'Oscar Pistorius sont déplacés".

Oscar Pistorius, 27 ans, soutient qu'il a abattu sa petite amie par accident, croyant qu'un cambrioleur s'était caché dans ses toilettes où elle se trouvait. L'accusation pense, au contraire, qu'il l'a tuée sciemment au cours d'une dispute. L'athlète risque vingt-cinq ans de prison s'il est reconnu coupable.