Nice : la "veuve noire" Patricia Dagorn condamnée à 22 ans de prison pour assassinats et empoisonnements

Patricia Dagorn a été reconnue coupable d'avoir empoisonné plusieurs hommes âgés sur la Côte d'Azur, dont deux sont morts dans des circonstances suspectes.

Un dessin de presse de Patricia Dagorn à la cour d\'assises de Nice (Alpes-Maritimes), le 16 janvier 2018.
Un dessin de presse de Patricia Dagorn à la cour d'assises de Nice (Alpes-Maritimes), le 16 janvier 2018. (BENOIT PEYRUCQ / AFP)

La cour d'assises de Nice (Alpes-Maritimes) a condamné la "veuve noire" Patricia Dagorn à 22 ans de prison, jeudi 18 janvier. La femme de 57 ans a été reconnue coupable d'avoir empoisonné plusieurs hommes âgés sur la Côte d'Azur. Deux d'entre eux sont morts dans des circonstances suspectes en 2011 : un SDF avec lequel elle partageait des nuits d'hôtel et un ancien maçon à la retraite confortable, dont les proches ont trouvé les ennuis de santé suspects.

Le parquet, qui l'accusait d'être une "perverse narcissique", avait requis 30 ans de réclusion criminelle, assortie d'une période de sûreté que la cour n'a finalement pas prononcée. "Quand elle nie tout, elle ne vous dit pas la vérité", a lancé l'avocate générale, Annie Brunet-Fuster, durant son réquisitoire. "Comme elle ne veut pas revenir sur ses propos, elle en invente d'autres", a-t-elle fustigé.

Patricia Dagorn a nié les faits durant toute la durée du procès. "Quand on met de côté les présomptions, les suspicions, les ressentis, il n'y a rien dans ce dossier", a martelé l'un de ses avocats, Cédric Huissoud. Il avait plaidé l'acquittement de cette femme de 57 ans dont il a peint le portrait d'une personne incomprise, que "personne n'a sollicitée pour un parloir en six ans". Patricia Dagorn n'a pas bronché à l'énoncé du verdict.