Les accusations de viol contre Gérald Darmanin "ne traduisent qu'une intention de nuire", selon l'avocat du ministre

Une femme de 46 ans a été entendue par les enquêteurs, mi-janvier, pour des faits qui se seraient produits en 2009. Le ministre de l'Action et des Comptes publics a déposé une plainte en dénonciation calomnieuse.

Le ministre de l\'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, le 7 décembre 2017 à Paris.
Le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, le 7 décembre 2017 à Paris. (JACQUES WITT / SIPA)

Le parquet de Paris a rouvert une enquête sur des accusations de viol visant Gérald Darmanin, a appris franceinfo de sources concordantes, samedi 27 janvier, confirmant une information du Monde. Les faits incriminés remonteraient à 2009. Le ministre de l'Action et des Comptes publics avait démenti ces accusations, sur franceinfo, mi-janvier. Samedi, son avocat a dénoncé des "accusations ne traduisant qu'une intention de nuire".

Cette plainte avait été déposée initialement en juin 2017 au parquet de Paris, qui avait ouvert une enquête préliminaire, confiée à la police judiciaire. La plaignante, Sophie Spatz, âgée de 46 ans, accuse le ministre, alors chargé de mission des services juridiques de l'UMP, de l'avoir violée en mars 2009, dans une chambre d'hôtel, en échange d'une intervention dans un dossier judiciaire la concernant. 

"Elle subissait une intimidation"

A la suite de sa plainte, Sophie Spatz n'a toutefois par répondu aux convocations des enquêteurs. "Elle ne voulait pas y aller toute seule et elle subissait une intimidation de la part de son entourage", a indiqué à franceinfo son avocate, Elodie Tuaillon-Hibon. La procédure a donc fait l'objet d'un classement sans suite le 11 juillet 2017 pour "absence d'infraction". Gérald Darmanin avait de son côté déposé une plainte en dénonciation calomnieuse.

Conseillée par son avocateSophie Spatz a adressé un nouveau courrier au parquet de Paris dans le courant du mois de janvier, indiquant qu'elle souhaitait être entendue. L'enquête a donc été rouverte le 22 janvier. Une procédure automatique pour les affaires d'agression sexuelle et de viol. La plaignante a été entendue par les enquêteurs le 25 janvier. Contacté par Le Monde, Gérald Darmanin n'a pas souhaité faire de commentaires.

"Justice est à nouveau saisie et elle doit pouvoir travailler en toute indépendance, réagit Matignon dans un communiqué. Le Premier ministre tient à rappeler d’une part que les règles fixant l’appartenance au gouvernement sont connues, et d’autre part que Gérald Darmanin a toute sa confiance."