La mère qui avait tué sa fille handicapée condamnée à cinq ans avec sursis

Laurence Nait Kaoudjt, qui comparaissait devant les assises de Rennes pour avoir étranglé sa fille handicapée en 2010 à Saint-Malo, a été condamnée à 5 ans de prison avec sursis, mardi 15 septembre.

France 2

Les jurés de la cour d'assises de Rennes ont donc suivi les réquisitions de l'avocat général, comme l'explique Claude Marcotte, de France 2. Ils ont retenu une "altération de son discernement" au moment où Laurence Nait Kaoudjt a étranglé Méline, sa petite fille handicapée de huit ans, et tenté sans succès de mettre fin à ses jours. 

Mais elle a crié sa colère après l'énoncé du verdict : "les jurés ont représenté la société. La société n'a pas de coeur. J'aurais dû mourir, j'aurais dû partir avec ma fille", a-t-elle lancé à la sortie de la salle d'audience.

"Cette cour d'assises n'a pas eu de coeur"

L'avocat de Laurence Nait Kaoudjt, Maître Eric Dupond-Moretti, a lui aussi fait part de sa colère : "Si cette femme avait réussi son suicide à elle, on aurait tous regardé le bout de nos chaussures en déplorant un drame absolu. Je suis très triste, je suis déçu. Évidemment, personne n'aurait envisagé une privation de liberté dans cette affaire, mais on demandait une décision au bénéfice du coeur, et cette cour d'assises n'a pas eu de coeur", a-t-il déclaré. Laurence Nait Kaoudjt risquait la réclusion criminelle à perpétuité.

Le JT
Les autres sujets du JT
Laurence Nait Kaoudjt comparaît devant la cour d\'assises de Rennes (Ille-et-Vilaine), le 14 septembre 2015.
Laurence Nait Kaoudjt comparaît devant la cour d'assises de Rennes (Ille-et-Vilaine), le 14 septembre 2015. (BENOIT PEYRUCQ / AFP)