La gendarmerie lance un vaste appel à témoins autour de Michel Fourniret et Monique Olivier

Plusieurs enquêtes en cours sont liées au tueur en série et à son ex-compagne. La gendarmerie explique que toute information même anodine est susceptible de faire avancer l'enquête.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Capture d'écran de la série de photos à différents âges de Michel Fourniret et Monique Olivier publiée dans l'appel à témoin de la gendarmerie nationale, le 12 novembre 2020. (GENDARMERIE NATIONALE)

La gendarmerie nationale lance un appel à témoins autour de Michel Fourniret et Monique Olivier, indique jeudi 12 novembre un communiqué de la gendarmerie nationale et du ministère de l'Intérieur. Les investigations autour de Michel Fourniret et de son ex-compagne sont notamment relancées après la découverte d'une dizaine de traces ADN différentes sur un matelas.

"Plusieurs enquêtes judiciaires intéressant Michel Fourniret et Monique Olivier (son ex-épouse) sont en cours. Dans ce contexte, si vous avez vu ou pensez avoir vu M. Fourniret et Mme Olivier (ensemble ou séparément) et que vous êtes en mesure de situer le lieu et la période, merci de contacter les services concernés à l’adresse mail suivante ou par courrier à la boîte postale dédiée", indique l'appel à témoins.

"Toute information même anodine est susceptible de faire avancer l’enquête"

Sur le document figurent des photos de Michel Fourniret et de Monique Olivier à différents âges. "Les enquêteurs seront en mesure de vérifier vos informations si celles-ci vous paraissent incertaines. Toute information même anodine est susceptible de faire avancer l’enquête et d’aider les victimes et leurs familles", ajoute les gendarmes.

Appel à témoins diffusé le 12 novembre 2020 sur Michel Fourniret et Monique Olivier. (GENDARMERIE NATIONALE)

Les enquêteurs sont joignables sur cette adresse mail : infos-fourniret@gendarmerie.interieur.gouv.fr ou à l'adresse  INFOS-FOURNIRET BP 40000 95026 CERGY PONTOISE CEDEX.

Déjà condamné à la perpétuité incompressible pour les meurtres de sept jeunes femmes ou adolescentes entre 1987 et 2001, Michel Fourniret a avoué en 2018 avoir tué deux autres jeunes femmes dans l'Yonne, Marie-Angèle Domece et Joanna Parrish. Le tueur en série a également avoué en novembre 2019 le meurtre d'Estelle Mouzin dont le corps reste pour le moment introuvable. L'ADN partiel d'Estelle Mouzin ainsi qu'une dizaine d'autres ADN ont été retrouvés sur un matelas saisi dans la maison de la sœur de Michel Fourniret de Ville-sur-Lumes dans les Ardennes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.