Isère : trois gendarmes mis en examen deux ans après un accident mortel impliquant un de leur collègue

Le 26 février 2019, les trois gendarmes avaient laissé leur collègue ivre prendre le volant. Le militaire avait provoqué un accident dans lequel un couple de retraités était décédé. Il avait été condamné à trois ans de prison dont dix-huit mois ferme.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Palais de Justice de Grenoble. (CHLOÉ CENARD / FRANCE-BLEU ISÈRE)

Trois des quatre gendarmes qui avaient laissé leur collègue ivre prendre le volant, provoquant un accident de la route où un couple de retraités avait été tué, à Rochetoirin (Isère) en 2019 ont été mis en examen pour "non obstacle à la commission de délit", a appris franceinfo lundi 15 février auprès du procureur de la République de Grenoble.

Cette mise en examen est l'aboutissement du combat des enfants du couple. Avec leur avocat, Maitre Gerbi, Céline Duron et ses trois frères avaient déposé plainte contre X pour homicides involontaires et non empêchement d'un délit. Cette plainte visait les quatre gendarmes qui avaient bu avec leur collègue durant l’après-midi du 26 février 2019 et qui l'avaient laissé, malgré tout, reprendre le volant.

Le gendarme condamné à 18 mois de prison ferme

Le gendarme de 35 ans, qui n'était alors pas en service, avait 2,54 grammes d'alcool dans le sang et roulait à une vitesse excessive. Il avait percuté  la voiture de Geneviève et Florencio Duron, âgés de 69 et 71 ans, originaires de Rochetoirin, sur la départementale 1006, entre Bourgoin-Jallieu et l'Ile d'Abeau (Isère). Le couple de retraités était décédé.

48 heures après l'accident mortel, le gendarme chauffard avait été jugé en comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Bourgoin-Jallieu. Il avait été condamné à trois ans de prison dont dix-huit mois ferme. Le 17 septembre, le trentenaire avait obtenu son placement en liberté conditionnelle sous bracelet électronique, indiquait alors France Bleu Isère.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.