Cet article date de plus de six ans.

Iran /Arabie saoudite : les rivalités entre sunnites et chiites ravivées après l'exécution du Cheikh al-Nimr

Publié Mis à jour
Article rédigé par
France Télévisions

Au lendemain de l'exécution par l'Arabie saoudite de 47 personnes, dont celle d'un dignitaire chiite, France 2 fait le point sur le regain de tensions dans la région.

Il est environ une heure du matin la nuit dernière à Téhéran (Iran), l'ambassade d'Arabie saoudite s'embrase. Des dizaines de manifestants lancent des cocktails Molotov en direction de la façade, puis ils réussissent à pénétrer dans les locaux. Le hall et les bureaux sont saccagés. Une extrême tension selon Mariam Pirzadeh, correspondante de France 24 en Iran, l'une des premières sur place hier soir.

Rivalité entre sunnites et chiites

"40 personnes ont été arrêtées par les forces de sécurité", rapporte notamment la journaliste. A l'origine de ces violences, l'exécution samedi en Arabie saoudite de 47 personnes condamnées pour terrorisme et en particulier Cheikh al-Nimr, un dignitaire chiite. Sa mort ravive la rivalité entre deux conceptions de l'Islam : le sunnisme et le chiisme. À Téhéran, l'exécution de Cheikh al-Nimr provoque la colère. Le guide suprême iranien promet ce matin une vengeance divine contre l'Arabie saoudite. La communauté internationale craint que cette exécution n'enflamme davantage les rivalités entre sunnites et chiites dans la région. D'autres protestations ont eu lieu la nuit dernière.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.