Cet article date de plus d'un an.

Charente-Maritime : le "gourou" d'un prétendu groupe antipédophile condamné à quatre ans de prison

L'homme était accusé d'avoir projeté d'enlever, en 2012, trois enfants qui vivaient chez leur père à Montendre, dans le sud de la Charente-Maritime.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le palais de justice de Saintes, en Charente-Maritime, le 7 février 2008. (MAXPPP)

Un ancien gendarme devenu "gourou" d'un groupuscule complotiste, qui projetait d'enlever à leur père des enfants menacés, selon lui, de pédophilie, a été condamné à quatre ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Saintes (Charente-Maritime), vendredi 31 janvier. Christian Maillaud, 52 ans, avait déjà été condamné pour ces faits en août 2018 mais était alors en fuite. Finalement arrêté au Venezuela, il a été extradé en décembre dernier, et était détenu depuis.

L'homme était jugé pour association de malfaiteurs en vue de préparation d'un enlèvement. Il était accusé d'avoir projeté d'enlever, en 2012, trois enfants qui vivaient chez leur père à Montendre, dans le sud de la Charente-Maritime. La mère des enfants, aujourd'hui âgés de 19, 18 et 13 ans, avait orchestré elle-même cet enlèvement. Elle avait déjà réussi à les kidnapper de décembre 2008 à avril 2011, avant d'être retrouvée avec eux près d'Alès (Gard) par les gendarmes. Elle accusait alors sa belle-mère, ainsi que son ex-compagnon, de pédophilie et avait en vain tenté de faire constater ces sévices par des médecins. En 2015, la justice l'avait déclarée irresponsable pénalement pour troubles délirants.

Christian Maillaud, qui dit avoir été gendarme de 1986 à 1992 en Rhône-Alpes et Guyane, avait été qualifié de "gourou charismatique" au premier procès. "C'est quelqu'un qui a un ascendant, qui veut ses adeptes, il pratique la manipulation mentale", a redit vendredi le procureur Mathieu Auriol. Christian Maillaud a également été condamné à verser au total 12 000 euros de dommages et intérêts au père et aux trois enfants. A l'extérieur du tribunal, une cinquantaine de partisans du prévenu ont affirmé après l'audience qu'ils poursuivraient son combat contre les pédophiles.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.