Bernard Tapie de retour devant la justice

L'homme d'affaires est persuadé d'avoir été dupé par le Crédit lyonnais lors de la revente d'Adidas, finalisée en février 1993.

FRANCE 2

L'affaire Tapie redémarre ce mardi 29 septembre devant la cour d'appel de Paris. L'homme d'affaires était attendu ce matin, mais il ne viendra pas. Le contentieux remonte aux années 1990. Bernard Tapie devient ministre de la Ville en 1992 et doit se séparer de la société Adidas. Le Crédit lyonnais la lui rachète, mais la revend plus cher à Robert Louis-Dreyfus.

Bernard Tapie demande jusqu'à un milliard d'euros

Depuis, l'affaire est devant les tribunaux. En 2005, la cour d'appel de Paris accorde à Bernard Tapie 135 millions d'euros. Trois ans plus tard, Christine Lagarde, alors ministre de l'Économie et des Finances, fait le choix d'un arbitrage privé. Le tribunal arbitral accorde à l'intéressé un chèque de plus de 400 millions d'euros. Mais sur cet arbitrage plane un parfum de fraude. Résultat, en février 2015, la justice décide de l'annuler.

Aujourd'hui, Bernard Tapie demande entre 516 millions et 1,174 milliard d'euros en guise de réparation, avec un préjudice moral évalué à 50 millions d'euros. Pour les avocats du Crédit lyonnais, Bernard Tapie n'a jamais été lésé par sa banque. Après plus de dix ans de procédure, cette affaire est loin de toucher à sa fin.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'homme d\'affaires Bernard Tapie, propriétaire du journal \"La Provence\", le 15 novembre 2013 à Marseille (Bouches-du-Rhône).
L'homme d'affaires Bernard Tapie, propriétaire du journal "La Provence", le 15 novembre 2013 à Marseille (Bouches-du-Rhône). (BORIS HORVAT / AFP)