Justice : relaxe pour le groupe de Tarnac

Les activistes du groupe de Tarnac ont été relaxés par la justice ce jeudi 12 avril.

Voir la vidéo
France 3

Yildune Lévy et Julien Coupat ont été relaxés. Avec six autres prévenus, ils étaient accusés d'association de malfaiteurs et dégradation de matériel ferroviaire. Le tribunal correctionnel les a lavés de tout soupçon, ce jeudi 12 avril et seul un des membres de ce groupe anticapitaliste a été condamné à quatre mois de prison avec sursis. La preuve d'un fiasco judiciaire selon les avocats de la défense.

Enquête sous pression politique

En novembre 2008, un groupe libertaire est interpellé à Tarnac, un petit village de Corrèze. Neuf personnes sont mises en examen, dont Julien Coupat, présenté comme le théoricien et accusé d'acte terroriste pour avoir tenté de saboter des lignes SNCF. Mais très vite, l'instruction s'enlise et la qualification terroriste est abandonnée. Ouvert il y a un mois, le procès de Julien Coupat, de Yildune Levy, sa compagne à l'époque, et des autres prévenus a mis en lumière les failles d'une enquête menée sous forte pression politique.

Le JT
Les autres sujets du JT
Manifestation de soutien aux mis en cause dans l\'affaire de Tarnac, à Limoges (Haute-Vienne), le 13 décembre 2008.
Manifestation de soutien aux mis en cause dans l'affaire de Tarnac, à Limoges (Haute-Vienne), le 13 décembre 2008. (MAXPPP)