Affaire Estelle Mouzin : Michel Fourniret devient le suspect numéro 1

La trajectoire de Michel Fourniret pourrait avoir croisé en 2003 celle d'Estelle Mouzin, 9 ans, à Guermantes (Seine-et-Marne). Son ex-femme a réduit à néant son alibi. Le tueur a été mis en examen mercredi 27 novembre pour la disparition de l'enfant.

FRANCEINFO

Pour la première fois depuis le début de l'enquête, un lien a été formellement établi entre Michel Fourniret et la disparition d'Estelle Mouzin. Mercredi 27 novembre devant les juges, le tueur en série a dû s'expliquer sur son emploi du temps le jour où la fillette a disparu et sur les photos d'Estelle Mouzin retrouvées dans son ordinateur par la police il y a 13 ans.

Alibi détruit

Il a toujours nié son implication, mais il a affirmé il y a quelques mois qu'il avait des détails à fournir sur la disparition d'Estelle Mouzin, 9 ans. Le 9 janvier 2003, elle avait disparu alors qu'elle rentrait de son école à Guermantes (Seine-et-Marne). Son corps n'a jamais été retrouvé. En guise d'alibi, Michel Fourniret avait assuré avoir appelé son fils à 20h08 depuis son domicile en Belgique alors que la fillette de 9 ans a été enlevée à 18h45.

Mais le 21 novembre, son ex-femme Monique Olivier avoue avoir passé le coup de téléphone à la demande du tueur. Une version des faits soutenue par l'ancienne codétenue de Monique Olivier. Michel Fourniret purge actuellement une peine de réclusion à perpétuité pour huit meurtres. Sa mise en examen mercredi 27 novembre éclairera peut-être une enquête embourbée depuis plus de 15 ans.

Le JT
Les autres sujets du JT
Estelle Mouzin, 9 ans, enlevée en janvier 2003
Estelle Mouzin, 9 ans, enlevée en janvier 2003 (FRANCEINFO)