Salle ultra-sécurisée, boules radiographiées, huissier de justice... On vous emmène dans les coulisses d'Euromillions

Euromillions organise vendredi le sixième plus gros tirage de son histoire, avec à la clef une cagnotte de 130 millions d'euros. Quelque cinq millions de prises de jeu sont attendues, soit deux fois plus que d'habitude.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
La mise en place des 50 boules du loto au siège de la FDJ, à Boulogne-Billancourt. (SEBASTIEN BAER / RADIO FRANCE)

À l'entrée de la salle des coffres du siège de la Française des jeux, à Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine, une salle sans fenêtre, ultra-sécurisée et dans laquelle se trouvent les boules de l'Euromillions pour le tirage de ce soir, un lecteur biométrique identifie les empreintes digitales des rares personnes autorisées à entrer. C'est la seule façon pour Mathieu Alfonso, le responsable des opérations de tirage, d'accéder à la mallette scellée enfermée dans l'armoire.

"Je ne peux pas y accéder seul. Il faut absolument la présence combinée d'un huissier de justice et d'un auditeur indépendant."

Mathieu Alfonso

à franceinfo

Dans la soirée du vendredi 5 février aura lieu le sixième plus gros tirage d'Euromillions, avec à la clef 130 millions d'euros à gagner. Loin des 200 millions remportés en décembre dernier par un Français, la somme est tout de même rondelette et attire quelque cinq millions de prises de jeu. La veille, c'était Chloé, chargée de tirages, qui glissait les boules rouges numérotées de 1 à 50 dans les cylindres. "Ce n'est pas compliqué, mais il faut rester quand même attentif", sourit-elle.

Bruno Hardy, l'huissier de justice qui surveille le bon déroulement du tirage. (SEBASTIEN BAER / RADIO FRANCE)

Chaque boule est rigoureusement identiques aux autres : même poids, 65 grammes, un même diamètre, 5 centimètres. En complet-veston gris, Bruno Hardy, l'huissier de justice, ne quitte pas les sphères.

"Les boules sont régulièrement vérifiées, pesées, radiographiées, avec un numéro d'identification spécifique à chaque boule. Chaque boule est unique !"

Me Hardy, huissier de justice

à franceinfo

Le moindre écart de poids d'une boule à l'autre pourrait-il fausser le tirage ? "En tout état de cause, balaie Me Hardy, ce cas de figure n'est pas envisageable." Ce jour-là, c'est Marion Jollès-Grosjean qui présente le tirage de l'Euromillions. "Je trouve que c'est beau et que ça fait du bien parce qu'on est dans une période qui est quand même particulièrement morose, explique-t-elle. Je me dis qu'il y a quelqu'un en France, en Europe, qui se couche avec ce sourire-là, et que sa vie bascule d'une seconde à l'autre. C'est quand même exceptionnel."

La mise en place des sphères de tirage, sur le plateau de la Française des Jeux à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) le 2 février 2021 (SEBASTIEN BAER / FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

"Il faut que tout soit parfait"

Sitôt tourné, l'enregistrement du tirage est envoyé aux huit autres pays européens qui diffusent Euromillions. C'est la Française des Jeux qui fournit les images. "Peut-être que cela crée encore un peu plus de pression pour nous, puisqu'en fait, on sait qu'on est diffusé un peu partout, explique le réalisateur de l'émission, Jean-Christophe Chapoutot. Il faut que tout soit parfait. Donc, on est là cinq heures pour un produit qui dure effectivement trois minutes..."

Finalement, ce jour là, le tirage n'a fait basculer la vie d'aucun joueur. Vendredi soir comme pour les autres tirages, la probabilité de décrocher le jackpot d'Euromillions est de une sur... 139 millions.

Dans les coulisses d'Euromillions : reportage de Sébastien Baer
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.